×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

«Marocains, venez investir en Pologne»
Entretien avec Dr Joanna Wronecka, ambassadeur de Pologne au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:2148 Le 10/11/2005 | Partager

. Nouvelles niches d’investissement. Désir de changer avec une nouvelle Pologne Récemment nommée à son poste d’ambassadeur de Pologne au Maroc (31/05/2005), Dr Joanna Wronecka, met les bouchées doubles pour concrétiser des projets communs. Son souhait est d’organiser des visites de haut niveau en Pologne. Dans son entretien, elle a parlé de tout ou presque: les relations bilatérales, les investissements, l’Histoire, les élections, les ALE, la Déclaration de Barcelone et surtout de l’attention des Polonais pour notre culture. Entretien.- L’Economiste: Quelle appréciation faites-vous des relations bilatérales (politique, économique, social et culturel...) entre la Pologne et le Maroc?- Joanna Wronecka, ambassadeur de Pologne au Maroc: Depuis plus de 50 ans, nos relations sont très bonnes avec un dialogue amical et fort. Mais, les temps changent et nous avons besoin d’instaurer de nouveaux types de communication comme organiser des visites ou encore s’intéresser au développement. Traditionnellement, nous avons un échange commercial relativement positif. Sauf qu’il ne demeure qu’un simple échange. Il n’y a aucune dynamique d’investissement ou même de nouvelles initiatives de développement économique. Mon objectif aujourd’hui est de travailler sur le développement de projets communs, en vue d’amener des investisseurs polonais au Maroc. Nous avons déjà démarré par des petits projets qui correspondent au besoin de la globalisation. Politiquement, nous avons aussi de bonnes relations, mais il y a peu de visites. J’encourage, les ministres et les hommes d’affaires marocains à organiser des voyages en Pologne pour prendre la mesure des opportunités d’investissements sur place, surtout que leurs homologues et confrères ont déjà fait le déplacement au Royaume.- Que pensez-vous du climat général d’investissement au Maroc?- Je suis touchée par cet esprit de développement au Maroc. D’ailleurs, la Communauté européenne a donné de très bonnes notes au Royaume pour ses réformes économiques et financières et, surtout, pour la volonté du gouvernement et du peuple à changer. La Pologne, elle-même, vient de vivre cette période de bouleversement structurel. Nous savons ce que cela représente: se transformer, chercher à s’éduquer, tout remettre à zéro... Nous sommes d’autant plus impressionnés par tous les efforts consentis au niveau des droits politiques, civils et surtout du rôle des jeunes. Notre expérience polonaise a bien montré que l’avenir c’est la jeunesse. De plus, la situation géographique du Maroc est un atout stratégique que nous comptons utiliser pour profiter de l’accord d’association avec l’UE et aussi des ALE. - Quelle lecture faites-vous du cinquantenaire de l’Indépendance du Royaume? (La Pologne fête aussi le 87e anniversaire de son Indépendance).- C’est le 11 novembre que la Pologne fête son Indépendance. Dès cette date, notre pays a connu des périodes de transformation politiques avec «une Pologne libre et démocratique». Nous avons toujours eu une place importante dans l’Europe, mais l’Histoire a fait que, pendant de longues années, nous étions très effacés. Le passé est très important, mais il faut voir aujourd’hui le rôle de la Pologne dans l’Europe. C’est un modèle démocratique pour tous les pays du monde. A ce que je sais, les Polonais n’ont jamais créé de problèmes majeurs, pourvu que ça dure... Je connais bien l’Histoire contemporaine du Maroc et j’apprends beaucoup: langue arabe, entre autres. Je trouve que votre expérience est aussi positive. Ce que je retiens, c’est, justement, la volonté du peuple à se créer un avenir prometteur. Et vous aussi, vous avez très bien réussi dans cette expérience. Il y a aussi l’engagement social. Le 6 novembre une marche a été organisée à Casablanca, au cours de laquelle les Marocains ont dénoncé le rapt de leurs concitoyens en Irak par Al Qaïda. Le peuple se prononce et il donne son avis sur tout ce qui passe dans le pays. C’est très optimiste!- La Pologne est en pleines élections. Les dirigeants parlent d’une «nouvelle Pologne» sous les signes du renouveau moral, des droits et du bien être. Qu’en dites-vous?-Effectivement, depuis septembre dernier, nous sommes en période électorale. Nous avons eu d’abord les élections parlementaires et ensuite les présidentielles. De nouveau, nos expériences historiques et démocratiques ont démontré que nous savons opérer nos choix. Le peuple polonais a choisi le renouvellement moral, la lutte contre la corruption... avec un désir de changer un peu de tout dans notre vie publique. Vous avez dit la nouvelle Pologne, justement, nous allons vivre un nouveau phénomène et de nouvelles expériences. Le peuple souhaite aussi avoir des changements, des réformes économiques et surtout plus de transparence au niveau des systèmes des droits et des législations. - Quelle évaluation faites-vous de vos interventions dans le domaine des affaires?- Le travail est difficile. Depuis que je suis élue à ce poste, je m’attelle à enrichir les échanges bilatéraux qui sont traditionnels, mais ce n’est pas satisfaisant. Avec environ 160 millions de dollars, nos échanges commerciaux restent en deçà des potentialités de nos deux pays. J’encourage les investisseurs polonais à venir au Maroc, d’ailleurs plusieurs délégations ont déjà fait le déplacement. Elles ont constaté que le climat était favorable...- C’est le 10e anniversaire de la Déclaration de Barcelone, quelle vision avez-vous du Maroc et de ses partenaires?- Oui, tout le monde parle de cet anniversaire. On peut critiquer, mais je trouve que le Maroc a pu avancer dans tous les domaines, en l’occurrence le volet culturel, la richesse arabo-musulmane et votre amour de la tradition... Dans le domaine social, il y a eu un changement extraordinaire via l’Initiative de développement humain, mais aussi à travers le changement des mentalités. Au niveau du monde arabe, il faut promouvoir les accords de libre-échange, la déclaration d’Agadir... Il ne faut pas coopérer uniquement avec les pays européens, mais entre vous, les pays arabes, qui ont déjà des accords d’associations. C’est ce volet qu’il faut exploiter. Les échanges commerciaux arabes ne sont pas très élevés, nonobstant vos économies qui sont très complémentaires. Etant un pays agriculteur, le Maroc peut aider d’autres nations ayant des difficultés dans ce domaine. Cette réflexion est déjà là et elle existe au niveau de tous les dirigeants arabes. Il ne faut pas oublier qu’il y a aussi le phénomène de la migration. C’est à travers le dispositif de Barcelone que l’on pourra trouver des solutions. Politiquement, ce processus a créé une bonne atmosphère de dialogue, n’empêche que l’on dit très souvent que c’est celui du Proche-Orient qui était le plus important, mais n’a pas pu aider ce processus à se développer. Malgré les critiques, je reste très optimiste, car la base est là et c’est à nous de l’enrichir pour le bien des partenaires Nord/Sud.


Priorités

- Quelles sont vos priorités pour les années à venir dans le cadre de votre mission au Maroc?- Chaque ambassadeur travaille pour créer de bonnes relations, mais il faut toujours faire mieux pour les promouvoir. Au niveau politique, j’aimerais bien réaliser plusieurs visites d’un plus haut niveau. J’espère que Sa Majesté voudra un jour visiter la Pologne. Et les ministres aussi, dans les secteurs qui nous intéressent: les beaux-arts, la science sociale, la transformation, la sociologie, l’économie, le tourisme, les bourses d’étudiants, les échanges de journalistes... Mais surtout le dialogue politique, car on s’entend très bien avec le ministre des Affaires étrangères. Je vais faire tout mon possible pour faire la promotion du Maroc en Pologne, surtout côté investissements... Les Polonais aiment et sont attirés par l’Orient. Il ne s’agit pas de compliments, c’est la réalité. Propos recueillis par FZT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc