×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-USA: Les relations à doper par l'économique

    Par L'Economiste | Edition N°:588 Le 06/09/1999 | Partager

    · Madeleine Albright a annoncé que son pays a décidé d'accorder au Maroc un don de 100.000 tonnes de blé
    · La proposition "Ezeinstat" de constituer une zone d'échange avec les trois pays du Maghreb au centre des entretiens

    Visite éclair du secrétaire d'Etat américain aux affaires étrangères. En moins de 24 heures, Mme Madeleine Albright a bouclé ses dossiers au Maroc.
    Son voyage a démarré par une Audience Royale accordée par SM le Roi Mohammed VI qui a reçu la dame américaine en compagnie de SAR le Prince Moulay Rachid. Au centre des entretiens, le processus de paix au Proche-Orient mais aussi la question de l'intégrité territoriale.
    Avant l'arrivée du chef de la diplomatie américaine, l'annonce a été faite que le Souverain présidera prochainement une réunion du Comité Al-Qods. Dans la foulée, SM le Roi a décidé de convoquer Beit Mal Al Qods afin d'évaluer son bilan et promouvoir son action.

    Projet ambitieux


    L'agenda du secrétaire d'Etat américain était chargé. Juste après l'Audience Royale, la dame a tout de suite enchaîné avec une réunion de travail avec M. Abderrahman Youssoufi. Aux côtés de ce dernier, plusieurs ministres dont les portefeuilles sont davantage tournés vers l'économie. Normal, au programme l'examen des échanges commerciaux et le point sur la coopération économique, particulièrement la proposition "Eizenstat", du nom du secrétaire d'Etat aux Affaires Economiques. Ce projet, qualifié d'ambitieux, vise à créer une zone de partenariat et d'échange entre les Etats-Unis et les trois pays du Maghreb que sont le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Le Premier ministre l'a rappelé dans une déclaration à la presse au terme de cette réunion de travail comme il a reconnu avoir abordé avec Mme Albright le poids de la dette extérieure. La dame a été sensibilisée pour que les Etats-Unis soutiennent l'action du gouvernement en optant pour la reconversion d'une partie de la dette en investissements privés.
    D'ailleurs, Mme Albright a annoncé que son pays a décidé d'octroyer au Maroc un don de 100.000 tonnes de blé pour pallier le déficit provoqué par la sécheresse qui s'est abattue sur le pays. Le débarquement du blé peut démarrer prochainement. Cette initiative américaine s'inscrit dans le cadre du soutien aux réformes et au développement économique et social. Cette subvention représente une enveloppe de l'ordre de 20 millions de Dollars, soit environ 200 millions de DH. Cette main tendue ne se limitera pas là et s'étendra à d'autres secteurs. Le chef de la diplomatie américaine l'a indiqué clairement: "Le Maroc peut compter sur l'appui des Etat-Unis pour développer son économie".
    Mme Albright a estimé que la normalisation au Moyen-Orient doit s'étendre au Maghreb. En effet, l'Administration américaine soutient les efforts du Maroc visant à améliorer ses relations avec l'Algérie, ce qui ne manquera pas de donner un coup de fouet à l'Union du Maghreb Arabe. L'avis est partagé par M. Youssoufi qui a ajouté que la première initiative de son gouvernement a été de lancer un appel à l'ouverture de la frontière. Cependant, le Premier ministre a affirmé n'être pas au courant du discours anti-marocain prononcé mercredi par le président Abdelaziz Bouteflika qu'à partir d'une dépêche d'agence. Le gouvernement n'a pas encore arrêté une position. La question a été soulevée au Conseil de Gouvernement d'hier jeudi.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc