×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Maroc-UE
    Mandelson rassure les chefs d’entreprise

    Par L'Economiste | Edition N°:1987 Le 28/03/2005 | Partager

    . Il mise sur une zone de libre-échange méditerranéenne compétitive . Et compte prendre des mesures pour limiter les dégâts du démantèlement de l’AMF«LE Maroc est sur la bonne voie de la modernisation. Toutefois, il faut qu’il accélère le processus de la mise à niveau de son économie». Pour sa première visite au Maroc en tant que commissaire au Commerce de l’UE (Cf.www.leconomiste.com), Peter Mandelson s’est montré plutôt optimiste et a rassuré les chefs d’entreprise marocains, qu’il a rencontrés le 25 mars à Casablanca. “En tant que commissaire européen au Commerce, je mettrai tout en œuvre pour favoriser la création d’une zone Euromede de libre-échange à l’horizon 2010”, souligne Mandelson. Son intervention s’articulait autour de deux thèmes majeurs. Le premier a trait à la libéralisation du Commerce entre l’UE et les pays du pourtour méditerranéen. Pour ce faire, Mandelson rappelle que la nouvelle commission a demandé, dès sa prise de fonction, aux Etats membres de l’UE d’adopter le nouveau protocole de cumul des origines. Favorable aux exportations marocaines, ce système leur permet d’accéder au marché européen, en franchise de droits de douane. Toutefois, “le cumul Pan Euro méditerranéen ne peut fonctionner s’il n’y pas de relations commerciales préférentielles entre les partenaires méditerranéens eux-mêmes”, tient à préciser Mandelson. D’ailleurs, poursuit-il, “j’encourage le gouvernement marocain à entreprendre les démarches nécessaires pour que les accords avec la Turquie et ceux d’Agadir entrent en vigueur le plus tôt possible”. Outre la ZLE Euromed, le commissaire européen au Commerce a également évoqué le processus de Barcelone et les négociations de Doha dans le cadre de l’OMC. Mais c’est le textile-habillement qui était au centre du débat. D’ailleurs, Mandelson s’était entretenu avec Salah Eddine Mezouar, ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie et Mustapha Mechahouri, ministre du Commerce extérieur, dans la matinée du vendredi 25 mars. “Nous sommes très sensibles à l’impact de l’élimination des quotas (AMF) relatifs aux produits du textile sur l’économie marocaine”, soutient le commissaire européen. Il n’a pas manqué non plus de souligner “l’engagement de l’Union à soutenir les efforts du Maroc pour adapter son économie à cette nouvelle donne”. Pour illustrer ses propos, Mandelson rappelle que l’UE a déboursé près de 167 millions d’euros en 2004, dans le cadre du programme Meda. “Ce qui met le Royaume en tête des pays de la région méditerranéenne ayant bénéficié d’une coopération financière de l’UE”, assure-t-il. De plus, le commissaire européen entend contrôler les exportations chinoises vers l’UE “pour connaître précisément la situation et être capable de prendre les mesures adéquates”. Les dernières statistiques mettent en évidence une brutale augmentation des exportations chinoises vers le vieux continent, associée à une baisse drastique des prix des produits textiles depuis la récente suppression des quotas. Face à cela, Mandelson assure avoir déjà contacté les autorités chinoises pour instaurer une transition lente vers un nouvel état du marché, fondée sur une augmentation ordonnée et régulière des exportations chinoises. Les autorités chinoises “ont à cet effet pris certaines mesures destinées à modérer leurs exportations et je m’en félicite”, indique fièrement Mandelson. Il assure enfin qu’il soumettra cette semaine à la commission européenne plusieurs principes de base qui fixeront des “seuils d’alerte” pour les produits (textile) chinois arrivant sur le marché européen. “Si ces seuils sont atteints, nous enquêterons et déciderons des actions à mener”.Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc