×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-UE: La politique de voisinage se précise

    Par L'Economiste | Edition N°:2165 Le 06/12/2005 | Partager

    . Une réunion euro-africaine sur l’immigration clandestine en 2006 à Rabat Le dernier sommet de Barcelone n’aura pas été inutile. Une semaine après son déroulement, deux ministres européens chargés des relations avec l’UE, la Française Catherine Colonna et l’Espagnol Alberto Navarro se sont rendus au Maroc. Cette visite de deux jours, entamée dimanche, «est d’une forte portée politique et un message d’attachement de nos deux pays, et de l’Europe au Maroc», a d’emblée souligné Colonna, lors d’une conférence de presse donnée lundi 5 décembre à Rabat . S’étant entretenus notamment avec le Premier ministre Driss Jettou, les deux responsables européens ont abordé trois principaux thèmes. A la coopération entre le Maroc et l’Union européenne, se sont rajoutés le processus de Barcelone et la question de l’immigration. Lors de cette rencontre, Taïb Fassi-Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères, a fait le bilan. Concernant le processus de Barcelone, le ministre a relevé «l’intérêt des conclusions» du dernier sommet... Et les relations entre le Maroc et l’Union européenne, Fassi Fihri a souligné l’importance de la nouvelle politique de voisinage en cours de préparation. Cette politique s’inscrit dans un cadre régional, «d’où l’importance de l’émergence de l’Union du Maghreb arabe», a-t-il souligné. En matière de lutte contre l’immigration clandestine, le responsable marocain a salué la tenue de la réunion ministérielle euro-africaine sur les migrations, proposée par les Royaumes du Maroc et de l’Espagne et appuyée par la France. Cette réunion aura lieu entre le printemps et l’été 2006 au Maroc. Sa trame est d’ores et déjà prête. Pour Colonna, «une action efficace suppose l’implication à la fois des pays d’origine, de transit et de destination. Cela signifie également une politique commune de visas et une lutte contre toutes les mafias». Pour elle, il faut également une stratégie à long terme pour pallier les causes des mouvements migratoires, à savoir les conflits armés et la pauvreté. Pour la ministre, le Maroc est le pays sud-méditerranéen avec lequel le partenariat est le plus avancé. «Ce partenariat est appelé à franchir une nouvelle étape avec la nouvelle politique de voisinage». Une idée partagée par Alberto Navarro, pour qui «la stabilité et la prospérité du Maroc sont celles de l’Europe». Pour les responsables marocains et européens, le développement de ces liens passe par les négociations, début 2006, sur l’agriculture et les services et par une coopération judiciaire et culturelle. L’intégration du Maroc dans les programmes Erasmus et Eureka sont ainsi à l’étude. Le partenariat avec Europol et Eurojust est également au menu, au même titre que l’implication des Forces armées royales dans des opérations de maintien de la paix. Tarik Qattab

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc