×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Maroc-UE: Bientôt des négociations sur les services

    Par L'Economiste | Edition N°:1682 Le 13/01/2004 | Partager

    . Transport, finances, assurances, télécoms…tous les secteurs concernésLes négociations pour la libéralisation du commerce des services entre le Maroc et l'Union européenne (UE) seront bientôt lancées. Le ministère du Commerce extérieur vient de saisir officiellement le comité d'association pour proposer à l'UE l'ouverture des rounds de négociations bilatérales sur la libéralisation du commerce des services, comme cela est prévu dans les accords d'association signés en 1996. Tous les secteurs sont concernés: finances, transport, assurances….Pour Khalid Sayeh, directeur des Relations extérieures au sein du ministère du Commerce extérieur et chef de file du pôle des services dans les négociations avec les USA, la balle est maintenant dans le camp de l'Union qui doit réagir à notre demande. Pour lui, l'accord de libre-échange, en vigueur depuis le 1er mars 2000, a prévu dans son article 31 relatif au droit d'établissement la libéralisation du commerce de services de façon progressive cinq ans après l'entrée en vigueur de l'accord d'association. Ainsi, en 2004, c'est le secteur des transports maritimes qui sera visé par les premiers rounds de négociation. Il s'agit là d'une exception prévue par l'accord. Celle-ci concerne l'examen des mesures de libéralisation les plus appropriées visant à booster un secteur important dans le développement des échanges commerciaux entre les deux partenaires. Conscients de l'importance de ce secteur, les négociateurs l'ont érigé en priorité. Près de 80% des échanges entre le Maroc et l'Union se font par voie maritime.Visiblement, la volonté de lancer les négociations, début 2004, vise justement à approfondir les relations commerciales entre les deux parties et donner un nouveau souffle aux échanges. Car les services sont considérés comme des secteurs d'appoint pour le commerce des marchandises, rappelle Khalid Sayeh. Sur le volet de la préparation des négociations, les discussions exploratoires avec les Européens ont été lancées depuis juillet dernier. Le but est de faire notamment le point sur les interactions entre les négociations bilatérales avec l'UE et le processus régional Euromed.D'autre part, la coordination entre les départements ministériels concernés est également au programme pour coordonner les positions et préparer le mandat de ces négociations dans les meilleurs délais. Une chose est sûre, l'urgence de l'ouverture dans le secteur des services a poussé les responsables marocains à entamer les réformes nécessaires dans les secteurs des services (télécoms, transport et assurances). Cette libéralisation, qui verra bientôt le jour, permettra en quelque sorte d'améliorer la compétitivité des services et d'entamer les discussions dans les meilleures conditions.


    Cadrage des négociations

    Une question importante s'impose, celle relative à l'interaction des négociations dans une approche régionale Euromed et bilatérale avec l'UE. Le Maroc fait l'exception parmi tous les pays du pourtour méditerranéen avec qui l'UE a décidé d'entamer les négociations bilatérales dans le domaine des services. Sur ce plan, “le travail consiste tout abord à cadrer et situer les deux processus, bilatéral et régional”, a fait remarquer Khalid Sayeh. Pour lui, les ministres du Commerce extérieur de la région Eurmed ont recommandé, lors de leur dernière réunion en juillet à Palerme, l'élaboration d'un protocole-cadre pour la libéralisation du commerce des services dans la région. Ce protocole commun, qui permettra à tous les pays de la région d'être assujettis aux mêmes dispositions juridiques, sera le texte également adopté dans le cadre bilatéral. Nabil BOUBRAHIMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc