×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-Portugal: Dernières retouches pour la haute commission

    Par L'Economiste | Edition N°:2356 Le 07/09/2006 | Partager

    . Une important rendez-vous en décembre. Des marchés tiers à prendre ensemble. Une 2e ligne de 100 millions d’euros dans le pipeSUR le tableau de bord de Rabat et de Lisbonne, la prochaine réunion de haut niveau se tiendra en décembre dans la capitale marocaine. Une importante délégation, conduite par Luis Amado, ministre des Affaires étrangères, qui a d’ailleurs été reçu par le Souverain, s’est rendue au Maroc lundi et mardi derniers. La délégation comptait également Mario Lino, ministre des Travaux publics et des Communications, et Antonio Castro Guerra, secrétaire d’Etat à l’Industrie. Objectif de ce déplacement: préparer la réunion entre les représentants des deux gouvernements. Le choix du mois de décembre permettra de tenir une réunion de travail des hauts fonctionnaires chargés de finaliser les dossiers que les politiques ont explorés à l’occasion de ce déplacement. D’ailleurs, les Portugais ont tenu à associer le secteur privé dans ses différentes composantes. Ainsi, les responsables de la Fédération d’industrie portugaise et l’Association des entreprises du Portugal ont fait le déplacement. Pendant que les ministres rencontraient leurs homologues marocains, le secteur privé était en conclave avec les responsables de la CGEM. Les deux pays sont déterminés à doper les échanges économiques pour être au niveau des relations politiques, qualifiées d’excellentes, comme l’a rappelé Joào Rosa Là, ambassadeur du Portugal à Rabat.Pour le ministre Mario Lino, la réunion de décembre pourrait présenter des opportunités afin de signer des accords dans différents secteurs. Selon lui, la particularité de cette rencontre est de faire le point sur certaines questions en suspens et d’examiner de nouvelles propositions. Les dossiers qui sont sur la table concernent notamment un accord sur le transport aérien avec des vols réguliers des compagnies entre Lisbonne et Casablanca. A cela s’ajoute une convention sur une liaison maritime avec d’autres aspects liés aux infrastructures portuaires. Sur le plan financier, la ligne de crédit de 100 millions d’euros, soit près d’1,1 milliard de dirhams, a été épuisée. «Il est possible de reconduire une autre avec le même montant, précise le ministre des Travaux publics. Mais il faudra discuter des conditions et de la nature des projets susceptibles d’être financés par cette ligne». «Nous sommes également intéressés à l’idée de de développer des projets sur des marchés tiers», affirme le secrétaire d’Etat. Il s’agit en fait de développer une coopération triangulaire entre le Portugal, le Maroc et des pays africains où Rabat et Lisbonne exercent une influence. Le Sénégal, l’Angola ou encore le Togo pourront abriter des partenariats de ce genre dans des secteurs aussi divers que les télécommunications, le BTP et l’ingénierie du transport. Pour les responsables portugais, de nouvelles niches sont à développer, particulièrement dans les domaines où le Maroc dispose d’un programme de privatisation et de concession, comme dans le transport. «Pour les entreprises portugaises, c’est une opportunité à saisir. Elles peuvent se regrouper en consortium avec des compagnies marocaines», note le ministre. A ses yeux, l’un des axes de la politique extérieure du Portugal consiste à diversifier les débouchés de son économie. Le Maroc est un pays porteur où il faudra développer le commerce et les investissements pour le marché intérieur. Il s’agit également de profiter de sa proximité avec l’Europe pour viser les exportations. « Le Maroc a passé avec les Etats-Unis des accords commerciaux qui sont très intéressants pour le Portugal, comme c’est le cas avec le textile. L’accord de libre-échange permet de nouvelles opportunités pour les entreprises portugaises», observe le secrétaire d’Etat. Rappelons que 120 entreprises portugaises travaillent au Maroc et emploient de 30.000 à 40.000 personnes.Les exportations portugaises vers le Maroc ont atteint 170 millions d’euros en 2005, soit 1,87 milliard de dirhams. Quant aux exportations marocaines vers le Portugal, elles ont à peine atteint 90 millions d’euros, soit 990 millions de dirhams. La balance commerciale, souvent favorable au Portugal, a enregistré, au cours des six premiers mois de cette année, une hausse de 34% en faveur du Maroc et une croissance de 23% pour le Portugal. Le Royaume exporte au Portugal des vêtements confectionnés, des câblages, des engrais, des produits agricoles et de pêche, du liège. Le Maroc importe du bois, du papier et des produits semi-finis.M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc