×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-Italie: Cap sur le partenariat dans la formation

    Par L'Economiste | Edition N°:756 Le 27/04/2000 | Partager

    . M. Fabrizio Onida, président de l'Institut de Commerce Extérieur italien est en visite au Maroc

    . Des managers marocains bénéficieront d'une formation en marketing international à Turin au moins de juin


    Le président de l'Institut de Commerce Extérieur italien (ICE), basé à Rome, est depuis hier jeudi en visite au Maroc. M. Fabrizio Onida doit participer à la Conférence Internationale Europe-Méditerranée qui se déroule à Fès jusqu'au 29 avril. Par la même occasion, il s'est rendu à la Délégation Commerciale d'Italie à Casablanca rattachée à son organisation. A 60 ans, M. Onida préside le conseil d'administration de l'ICE depuis 3 ans. Professeur universitaire, ce spécialiste des relations économiques internationales veut marquer sa visite au Maroc en donnant un coup de pouce aux projets d'assistance en matière de formation. L'ICE met l'accent sur la formation des techniciens issus des pays en voie de développement. «Le but est de développer la coopération à travers des stages de courte durée (3 à 4 semaines) effectués dans des entreprises italiennes», indique M. Onida. Les managers sont également concernés. C'est ainsi que la Délégation Commerciale d'Italie organise du 11 au 24 juin prochains un cours de formation en marketing international à Turin. Une dizaine de personnes seront sélectionnées pour participer à cette formation. Elles bénéficieront de bourses pour couvrir leur frais de voyage et de séjour.
    Parmi les branches d'activité concernées, figurent les pièces de rechange, les matériaux de construction, la climatisation, la quincaillerie, les travaux de vernis, d'étanchéité et de traitement des surfaces. Pour M. Onida, il faut s'intéresser par ailleurs à la formation du personnel du secteur public chargé de la promotion commerciale. Ces cadres doivent être capables de préparer le terrain aux opérateurs économiques qui veulent s'ouvrir sur l'étranger. Et pour ce faire, ils doivent être qualifiés.
    Le président de l'Institut de Commerce Extérieur italien a fait également le point sur les différents projets de partenariat entre le Maroc et l'Italie dans le secteur privé. Les cas d'entreprises ST-Microelectronics, Fiat ou encore Crystal Strass ont été cités comme des modèles de partenariat. «Ce sont des entreprises qui se développent et investissent. Ceci prouve qu'il existe bien des potentialités de croissance sur le marché marocain», note M. Onida. ST Microélectronics qui emploie près de 4.000 salariés compte ouvrir dans quelques mois une autre unité industrielle à Bouskoura (Casablanca) où elle va créer 3.000 nouveaux emplois, ajoute M. Luigi Sanna, directeur de la Délégation Commerciale d'Italie à Casablanca. Notons au passage que ce dernier couvre également la Mauritanie, le Sénégal et la Côte-d'Ivoire.
    A noter enfin que l'ICE a financé une étude sur le traitement des rejets des industries du cuir au Maroc. Pour un montant de 150.000 Dollars, elle devra déboucher sur des solutions de nature à réduire la pollution dégagée par ces industriels en les regroupant et en créant des installations communes d'épuration.

    Hicham RAIQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc