×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Maroc Hexagone
    Les régions françaises courtisées
    DNES, Khadija EL HASSANI

    Par L'Economiste | Edition N°:2476 Le 02/03/2007 | Partager

    . La tournée économique se poursuit. Coup d’envoi donné à Lyon le 28 février. Grenoble, programmée les 1er et 2 marsUn club Export créé à la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon. Il regroupera les opérateurs de la région intéressés par une implantation au Maroc. Les premiers fruits du road-show mené par la diplomatie marocaine dans les régions françaises sont déjà là. Et pourtant, l’offensive économique menée dans le cadre de l’opération Maroc Hexagone n’en est encore qu’à sa deuxième année. Entamé l’année dernière, ce tour de France économique est piloté par l’ambassade du Maroc en France en partenariat avec la Direction des investissements extérieurs. Son objectif: promouvoir l’image du pays au niveau des régions et départements français. Une forte délégation comprenant des représentants et responsables de différentes structures (CGEM, Asmex, CMPE, CRI, Casashore, Tanger Free Zone...) étaient sur place pour vendre le Maroc. Le coup d’envoi de cette deuxième étape a été donné à Lyon le 28 février dernier, au siège de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI). Grenoble étant programmée pour les 1er et 2 mars. «Nous voulons aller plus loin en renforçant notre partenariat économique», lance d’emblée Fathallah Sijilmassi, ambassadeur du Maroc. C’est, soutient-il, «une priorité et un choix politique des deux pays comme en témoignent la régularité des consultations et échanges, le groupe d’impulsion économique mis en place dernièrement ou encore l’opération Maroc Hexagone». Devant une salle comble, Sijilmassi explique, chiffres à l’appui, la «nouvelle réalité du Maroc en mouvement» et les nouvelles opportunités offertes aux investisseurs étrangers. Pour commencer, il a cité la stabilité du pays et ses performances aussi bien sociales, politiques qu’économiques. S’attardant sur ce dernier aspect, il a mis en exergue l’économie marocaine dont la croissance suit désormais une tendance accélérée.«Entre 1998 et 2006, la moyenne de croissance est de 4,4%. Elle est de 5,4% entre 2004 et 2006 et de 8,1% en 2006», explique-t-il. «Notre économie est alignée sur les critères de Maastricht», affirme l’ambassadeur. «Nous sommes convaincus que nombre de potentialités sont encore inexploitées dans les diverses régions de province», ajoute-t-il. Un constat que semblent partager les opérateurs économiques venus nombreux, ce matin, à la conférence donnée à la CCI de Lyon. «Plus de 250, un record», se réjouit le président de la CCI lyonnaise, Guy Mathiolon. Normal, explique pour sa part Yves Minissieux, vice-président du Medef Lyon-Rhône, «l’opération menée l’année dernière par la délégation marocaine a marqué les esprits». Il semble, en effet, que le message véhiculé par ce road-show économique a trouvé écho auprès des opérateurs économiques et autorités locales. Tous semblaient convaincus qu’il est impératif d’«aller plus vers les régions et sortir la coopération de l’axe Rabat-Paris». «Les régions méconnaissent le Maroc. C’est vers elles que nous devons normalement orienter nos actions de communication et de sensibilisation», insiste Hassan Bernoussi, directeur des investissements économiques. Pour convaincre, un véritable argumentaire a été développé par les membres de la délégation: secteurs porteurs, incitations fiscales, facilités administratives (guichet unique au niveau de Casashore et Tanger Free Zone). Les grands chantiers d’infrastructures, la vision 2010 du tourisme et la nouvelle stratégie industrielle avec la plan Emergence ont été longuement expliqués par les représentants et responsables des différentes stratégies ou chantiers. De même que les accords de libre-échange conclus récemment avec différents pays (USA, Jordanie, Egypte, Turquie...) qui témoignent de l’ouverture du Maroc sur le monde.


    Les échanges Maroc-Rhône-Alpes

    Le Maroc est le 17e pays client et 19e fournisseur de Rhône-Alpes. Une position, qui de l’avis d’opérateurs de la région, correspond à une faible part des échanges globaux de la région. «C’est en deçà de nos ambitions», déplore un entrepreneur. En 2005, les exportations de cette région vers le Maroc se sont élevées à plus de 485,7 millions d’euros (plus de 4,85 milliards de DH). Pour les 9 premiers mois de 2006, elles se sont établies à 656,439 millions d’euros. Parmi les produits les plus exportés, on trouve les composants électroniques, les produits filés, tissés ou ennoblis, les machines spécialisées, le matériel électrique et les produits de la construction automobile. Un total de plus de 661 sociétés exportatrices. Les importations en Rhône-Alpes sont situées à plus de 371,58 millions euros en 2005 et autour de 305,368 millions d’euros au cours des 9 premiers mois de 2006. Actuellement, ce sont quelque 24 entreprises, dont le siège est en Rhône-Alpes, qui sont implantées au Maroc. Parmi elles, Billion, Bayer Corpscience France, Laboratoire Boiron, MGE UPS Systems, Tecofi, Sanofi, Pasteur…).

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc