×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Maroc Export
    Doubler le CA à l’export, c’est possible

    Par L'Economiste | Edition N°:3320 Le 15/07/2010 | Partager

    . Objectif: passer de 117 milliards de DH à 229 milliards en 2015. De nouveaux outils de management mis en place LES comptes audités de Maroc Export pour l’exercice 2009 ont été approuvés par le conseil d’administration, tenu le 13 juillet à Casablanca. Le management de l’entreprise, dirigée depuis deux ans par Saâd Benabdellah, avait promis d’aller beaucoup plus vite et mieux. A l’arrivée, l’entreprise affiche «une forte croissance de ses activités en les multipliant par 3,7 et en diversifiant ses actions de promotion entre 2008 et 2010». Il s’agit d’un doublement du rythme des activités entre 2008 et 2009 et un triplement entre 2008 et le prévisionnel de 2010. Elles sont passées de 26 activités en 2008 contre 57 l’année dernière et un prévisionnel de 96 pour cette année. De même, les catégories d’activités qui étaient de 4, il y a deux ans, sont passées à 10 cette année, avec des innovations telles que missions de prospection, rencontres d’affaires, incoming missions, caravane de l’export, eductours, B to C ou encore executive marketing.Pour coller plus à la stratégie Maroc Export+ cette année, les activités promotionnelles sont quasiment toutes concentrées sur les secteurs prioritaires, sur la base d’un ciblage. Ainsi, 60% des activités en 2009 ont été réalisées dans les secteurs prioritaires de la stratégie. Sur le plan quantitatif, le nombre d’activités promotionnelles par secteur a augmenté. En deux ans, d’ici la fin de l’année en cours, ce nombre devrait être multiplié quasiment par 5 dans le secteur de l’agroalimentaire, passant de 5 à 24, et par plus de 4 dans le secteur du textile et cuir, de 7 à 30. Concernant le volet diversification, des actions de promotion dans de nouveaux secteurs ont été engagées, notamment lors du salon aéronautique du Bourget en 2009.Au total, les participations de Maroc Export aux activités de promotion ont doublé entre 2008 et 2009. Une tendance que Saâd Benabdellah promet de maintenir cette année. Les prévisions de la répartition des activités de l’entreprise pour le second semestre se concentrent à plus de 60% sur les marchés stratégiques, à 40% sur le secteur du textile et à 26% sur le secteur de l’agroalimentaire (voir info).En tout cas, la complexité de la stratégie de Maroc Export et son ambition requièrent, la mise en place de nouveaux outils de management, notamment un Project Management Office. Selon lui, les objectifs visés, entre autres, «multiplier par 3 les exportations à horizon 2018 en mettant en place plusieurs mesures», soit porter à 327 milliards de DH le chiffre d’affaires à l’export. Voilà qui rejoint la dernière phase de la stratégie Maroc Export + visant l’internationalisation des entreprises marocaines, l’élargissement significatif de la zone cible à l’export et la promotion d’un large éventail de produits marocains. A rappeler que cette stratégie, comme le répète le ministre du Commerce extérieur, Abdellatif Maâzouz, est «volontariste et concertée dont l’objectif est de renforcer les acquis du secteur des exportations et de positionner progressivement les produits marocains dans plusieurs marchés stratégiques».En effet, Maroc Export + est une stratégie basée sur une vision claire de développement et de promotion de l’offre de production existante. Elle cible les secteurs prioritaires, la prospection de marchés plus attractifs et l’accompagnement des acteurs à travers le soutien des entreprises exportatrices. Sur le plan commercial, la stratégie est tournée vers trois catégories de marchés: les marchés stratégiques constitués des pays susceptibles d’accueillir de grandes quantités de nos exportations, les marchés adjacents et les marchés de niche. Il s’agit de consolider les marchés traditionnels et développer les exportations des produits existants. Mais à moyen terme, il est prévu d’élargir les marchés cibles et de promouvoir la nouvelle offre sur les marchés traditionnels, tout en doublant, dans un premier temps, le chiffre d’affaires à l’export pour atteindre 229 milliards de DH en 2015. La reprise des exportations annoncée par le haut-commissariat au Plan dans sa note de conjoncture de ce mois (lire page 14) est stimulante.B. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc