×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Maroc-Belgique
    Création d’une haute commission mixte

    Par L'Economiste | Edition N°:2487 Le 19/03/2007 | Partager

    . Le Premier ministre belge aujourd’hui à Rabat. Plusieurs accords au programmeLE Premier ministre belge Guy Verhofstadt arrive aujourd’hui à Rabat à la tête d’une délégation composée de trois ministres. Le programme de sa visite prévoit un tête-à-tête avec Driss Jettou. Au menu des discussions, la coopération bilatérale et les questions politiques. Driss Jettou ne manquera pas d’aborder le Plan d’autonomie des provinces du Sud. Et pour cause, la Belgique siège au Conseil de sécurité des Nations unies pour deux ans comme membre non permanent. Elle sera amenée à se prononcer sur ce projet lorsqu’il sera présenté en avril prochain à New York. «Nous accueillons favorablement cette initiative. Nous n’avons pas encore pris connaissance du contenu du plan parce que les autorités nous ne l’ont pas encore présenté. Mais, nous allons l’étudier avec beaucoup d’attention», souligne Patrick Vercauteren Drub-bel, ambassadeur de la Belgique à Rabat.  En marge, des entretiens sectoriels entre les ministres et leurs homologues marocains sont au menu. La séance plénière sera marquée par la création de la haute commission mixte de partenariat. A cette occasion, un mémorandum sera paraphé par les deux Premiers ministres. La volonté de donner un coup de fouet à la coopération bilatérale est manifeste des deux côtés. En témoignent les différentes missions des chefs d’entreprise belges au Maroc au cours de ces derniers mois. Plusieurs secteurs sont visés notamment les phosphates, la construction, l’agriculture et les NTI. Le projet de tramway devant relier Rabat à Salé intéresse la société intercommunale des transports bruxellois. D’autres accords seront signés, dont deux sont relatifs à la justice. Ces documents seront signés par Laurette Onkelinx, vice-Premier ministre et ministre de la Justice, et Mohamed Bouzoubaâ. L’un concerne les saisies et les exécutions. L’autre porte sur le transfert des prisonniers pour exécuter leur peine dans le pays d’origine. Sur 10.000 prisonniers que compte la Belgique, 500 sont Marocains ou d’origine marocaine. Cet accord ne concerne que les personnes qui seront expulsées à la fin de leur peine. «L’idée est de mettre en place des programmes d’insertion visant à les aider à apprendre un métier dans les pays où ils vont vivre après leur expulsion», indique l’ambassadeur. Patrick Dewael, ministre belge de l’Intérieur, signera avec son homologue marocain deux accords. L’un porte sur une déclaration d’intention de collaboration entre les deux départements. La coopération dans le domaine de la sécurité fonctionne. L’idée est de l’élargir à la protection civile avec les échanges d’expériences, la formation, la lutte contre les grandes catastrophes naturelles.  Le 2e accord touche à la gestion des données personnelles. Les cartes d’identité à puces électroniques peuvent être utilisées autrement qu’à des fins d’identification policière. Elles peuvent servir notamment comme code d’accès à votre ordinateur, carte de banque…Des cadres du ministère de l’Intérieur ont déjà fait le voyage à Bruxelles pour voir comment les Belges opèrent dans ce domaine. «Nous avons à apprendre des Marocains dans tout ce qui relève de la gestion des empreintes digitales. Nous allons devoir commencer à les prendre pour les introduire dans le passeport biométrique. Nous travaillons dans un esprit de coopération pour que chacun puisse bénéficier de l’expérience et des connaissances de l’autre», indique l’ambassadeur. Sur le chapitre de la coopération au développement, le programme sur 4 ans prévoit la mise en place des mécanismes de la coopération triangulaire. La Belgique compte créer un fonds avec une mise de départ de 120.000 euros, géré par le service de coopération développement des affaires étrangères. Il sera destiné à financer des programmes de formation au profit de Subsahariens.  Les télécoms ne seront pas en reste. Maroc Telecom et Belgacom signeront aujourd’hui un accord qui prévoit des tarifs préférentiels des communications téléphoniques entre la Belgique et le Maroc. La nomination d’un magistrat de liaison au sein de l’ambassade de Belgique de Rabat sera également annoncée. Ce sera une première.


    «Chaque Belge achète 450 DH de produits marocains»

    LE volume des échanges commerciaux est actuellement estimé à 10 milliards de DH par an. 6 milliards proviennent des importations des produits belges et 4 représentent les exportations marocaines. Ce qui fait dire au diplomate que «chaque Belge achète 450 DH de produits marocains. Si les autres partenaires faisaient de même, le commerce serait prospère». En tout cas, le premier investissement d’envergure réalisé par un partenaire belge au Maroc est Emaphos, une joint-venture établie entre l’OCP et Prayon Rupel. D’autres entreprises belges sont présentes dans le plan Azur ainsi que dans le nouveau complexe portuaire Tanger-Méditerranée.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc