×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Maroc-Belgique
Anvers, Bruxelles... Les nouvelles capitales de la mode

Par L'Economiste | Edition N°:2758 Le 17/04/2008 | Partager

Steven Van Roy fait partie de la nouvelle génération qui porte la mode belge dans le monde. Il travaille pour les marques Just in case et Magdalena. Il participe au défilé de mode, le Fashion.be organisé ce jeudi à Casablanca par la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise. Il s’explique sur les raisons de cette reconnaissance internationale de la mode de son pays. - L’Economiste: Quelles sont vos principales sources d’inspiration et les thématiques sur lesquelles vous travaillez actuellement?- Steven Van Roy: Les deux créatrices puisent aussi une partie de leur inspiration dans les chansons pop. Des collections précédentes ont reçu comme slogan Total Eclipse of the Heart et 15 Feet of Pure White Snow. Pour l’été 2007, Vicky et Katrien ont opté pour le slogan un peu inhabituel All this Useless Beauty d’après un morceau d’Elvis Costello.- A quoi attribuez-vous la percée de la mode belge et la réussite de jeunes stylistes en particulier? Qu’est-ce qui a changé dans le regard de grandes maisons de la mode?- La mode en Belgique acquiert une renommée internationale. Fini le temps de l’axe Paris-Londres-Milan. Les amateurs de stylisme doivent à présent faire un détour par Bruxelles, Anvers ou Liège. L’école d’Anvers a formé des stylistes de renom. Martin Margiela, pape du déconstructionisme, Dries Van Noten, roi de la superposition, Ann Demeulemeester et ses silhouettes épurées ont été promus par cette école internationalement reconnue. On peut encore citer Dirk Bikkemberghs qui offre un style plus osé, Walter Van Beirendonck et ses couleurs flashy ou Kaat Tilley qui crée des vêtements depuis déjà 17 ans. Cet engouement envers la mode belge pousse de nombreux jeunes talents à entamer des études de stylisme dans les très bonnes écoles que compte notre pays : l’Académie d’Anvers, La Cambre ou Bischoffsheim à Bruxelles. Depuis quelques années, la rue Antoine Dansaert à Bruxelles ainsi que le ModeMuseum (Musée de la Mode) et la Rue Nationale (Nationalestraat) à Anvers sont devenus les principaux pôles de la mode en Belgique.


Il expose à Fashion.be à Casablanca

Pascal Di Pietro Martinelli, styliste: «En Belgique, la mode se vit autrement, d’une part il existe des stylistes qui existent à travers des grands noms de la mode internationale en y travaillant et qui sortent d’ écoles formatées plus connues parfois que le styliste lui-même, ces stylistes ne sont aucunement comparables à des designers ou couturiers qui existent par leurs noms et qui arrivent à imposer leurs griffes internationalement, ce qui est le cas de Mademoiselle Lucien. La mode se vit en Belgique comme de l’art ce qui peut entraîner la confusion! La réussite de la mode belge d’aujourd’hui est liée surtout à la volonté de gens talentueux d’exister à travers un secteur qui parfois a été oublié et qui n’est pas toujours pris au sérieux. Aussi, certaines associations comme Modobruxellae travaillent sur la nouvelle image de la mode belge et présentent de nouveaux stylistes par le biais de parcours ou concours. Le regard change car la capitale de la mode n’est plus exclusivement Paris. Anvers et Bruxelles imposent un nouveau style et apportent de la fraîcheur dans ce domaine».Propos recueillis par A. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc