×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Maroc-Arabie saoudite: Concertations autour du sommet arabe

Par L'Economiste | Edition N°:1740 Le 05/04/2004 | Partager

. En visite à Rabat, Amr Moussa tente d'obtenir un consensus sur le lieu de la rencontre UNE importante délégation saoudienne est en visite au Maroc. A sa tête, le prince héritier Abdallah Ibn Abdelaziz Al Saoud, vice-président du Conseil des Ministres et chef de la Garde nationale saoudienne. Plusieurs princes saoudiens, ministres et hautes personnalités ont également effectué le déplacement. Objectif: doper les échanges et affermir les liens entre les deux pays. “Cette visite ouvre une nouvelle page” dans les relations bilatérales, a déclaré à la presse Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. Il faut noter que les concertations politiques s'intensifient ces derniers temps entre les deux pays et ce, depuis les dernières visites effectuées par SM le Roi en Arabie saoudite. La visite du prince Abdallah Ibn Abdelaziz Al Saoud s'inscrit dans la même logique de coopération. “La nature excellente et profonde de la concertation entre les deux pays révèle sans conteste la concordance totale des points de vue et des positions sur les dossiers régionaux et internationaux”, avait souligné Benaïssa. L'arrivée samedi 3 avril du chef de la diplomatie saoudienne, Saoud Al Fayçal, a permis de poursuivre les concertations au sujet de la tenue du sommet arabe, qui a été reporté sine die par la Tunisie. Le ministre saoudien des Affaires étrangères a relevé la détermination de l'ensemble des Etats arabes à aplanir les différends en vue d'en favoriser la tenue. Quant au pays qui doit abriter le sommet, il n'a pas encore été révélé. Ce qui importe, c'est de réunir les conditions pour garantir le succès de cette rencontre, a ajouté le chef de la diplomatie saoudienne. De plus, le président tunisien, Zine El Abidine Ben Ali, vient de rappeler que son pays est toujours prêt, à abriter. Par ailleurs, après sa visite en Tunisie, le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, est arrivé hier dimanche 4 avril à Rabat pour des concertations au sujet de la tenue du prochain sommet. Le chef de la Ligue arabe tente d'obtenir un consensus sur le lieu de la rencontre. En effet, dès l'annonce du report de cette rencontre annuelle des chefs d'Etat arabes, l'Egypte s'était empressée de se déclarer prête à l'accueillir, ce qui m'était pas pour plaire à la Tunisie. “Reporter le sommet ne signifie nullement pour la Tunisie le renoncement à son droit de l'organiser sur son sol”, répète-t-on à Tunis.L'étape algérienne des concertations sur la tenue du sommet, prévue dans le calendrier d'Amr Moussa, a été différée pour cause de campagne électorale présidentielle.Synthèse L'Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mar[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc