×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marché obligataire: Stabilité sinon détente des taux en 2001, selon Médiafinance

Par L'Economiste | Edition N°:896 Le 16/11/2000 | Partager

. L'évolution future des taux s'explique essentiellement par les recettes attendues de l'ouverture de capital de Maroc Telecom. Les analystes estiment à 31,2 milliards les besoins publics à assurer par le marché intérieur l'année prochaine. Le scénario présenté: 7,8 milliards de levées en moyenne chaque trimestreQuelle politique des taux pour 2001? A l'heure où le projet de Loi de Finances est en discussion au Parlement, le marché s'interroge sur les perspectives d'évolution de taux sur le marché obligataire. Indicateur incontournable, les besoins du financement du Trésor. Les analystes de Médiafinance, un intervenant actif sur le marché de la dette intérieure, estiment à 17,4 milliards de DH le volume des besoins de financement nets du Trésor au cours de l'exercice prochain. Parmi les conditions retenues, un solde ordinaire(1) de 12,15 milliards, un déficit budgétaire de -11,46 milliards représentant 3% du PIB 2001(2), ainsi qu'une réduction nette d'environ 6 milliards de DH du principal de la dette extérieure.Les besoins de financement bruts qui seraient assurés par le marché intérieur sont eux estimés à 31,2 milliards de DH. Le scénario attribué est de lever 7,8 milliards de DH en moyenne, selon un programme trimestriel. Outre les besoins de financement nets, les financements bruts comprennent le refinancement de la dette émise (remboursements et amortissements) qui s'élève à 13,8 milliards de DH. Le solde entre les besoins de financement bruts et les ressources d'emprunts contenues dans le projet de Loi de Finances (34,5 milliards) se situe à 3,3 milliards. Il représente les tirages programmés au titre de la dette extérieure.. Accroissement des réserves de changeA court terme, les analystes tablent sur une stabilité ou une relative détente des taux. Cette situation s'explique essentiellement par les recettes attendues par l'ouverture de capital de Maroc Telecom et la maîtrise de l'inflation. «Sur le plan du financement, et quel que soit l'évolution du déficit commercial, des recettes MRE et du tourisme, la recette d'IAM financerait largement le déficit du compte courant anticipé au niveau de 2% du PIB«, souligne Médiafinance. L'opération devrait se traduire par l'accroissement des réserves de change, sauf dans le cas d'un désendettement important du Trésor. L'évolution des taux d'intérêt dépendra également de la politique monétaire décidée par Bank Al-Maghrib. A ce niveau, les analystes anticipent une politique neutre «tendant vers le resserrement qui pourrait s'exercer à travers le volume des liquidités avec toutefois un maintien des taux directeurs aux niveaux actuels«. Une hausse des taux directeurs pourrait se traduire par un mouvement similaire des taux de base bancaire, ce qui serait incompatible avec la stagnation des investissements du secteur privé.o(1) Le solde ordinaire représente la différence entre les recettes et les dépenses courantes du budget.(2) Le PIB 2001 est estimé à 382 milliards de DH.


Les besoins du marché intérieur pour ce 4ème trimestre

Les analystes de Médiafinance estiment que les besoins du Trésor pour ce quatrième trimestre 2000 seront influencés par plusieurs facteurs: des recettes inférieures à celles prévues, un surplus de dépenses surtout lié à la compensation des prix de l'essence à la pompe, une enveloppe de 1,2 milliard de DH allouée au plan anti-sécheresse, soit 3,5 milliards de DH pour l'année entière. Du côté du secteur privé, plusieurs opérateurs auront recours d'ici la fin de l'année au marché. Il s'agit du CIH (avance garantie par l'Etat de 3 milliards à laquelle s'ajoute une augmentation de capital d'un milliard), Méditel (2 milliards de DH) et la BNDE (500 millions de DH).Les besoins, public et privé, se traduiront par un recours important au marché durant le 4ème trimestre et ce, en attendant le démarrage de la prochaine Loi de Finances. Rappelons que le programme d'émission relatif au 4ème trimestre tel qu'annoncé par le Trésor fait état d'un volume compris entre 10 et 11 milliards de DH.o. Les données du projet de Loi de FinancesLes principales hypothèses retenues dans l'élaboration du projet de Loi de Finances 2001 sont: une campagne agricole moyenne, une croissance du PIB de 8%, un niveau d'inflation de 2,3%, un déficit budgétaire de 3%. Figurent aussi, des cours du pétrole de 25 Dollars et un Dollar stable par rapport à l'Euro et au Dirham, des recettes de privatisation de 21,3 milliards de DH dont 20,3 milliards pour la seule opération de Maroc Telecom.Y. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc