×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Marché monétaire: Réduction de la surliquidité

    Par L'Economiste | Edition N°:1688 Le 21/01/2004 | Partager

    . Une forte demande sur le cash a induit une tension sur les taux . Ces derniers ont évolué dans une fourchette de 2,50 à 3,25%. L'approche de Aïd-al-Adha pourrait accentuer la pressionLa semaine précédente a été marquée par une forte réduction des excédents de liquidité ainsi qu'en témoigne l'évolution du solde de la réserve monétaire. Cette tendance s'explique principalement par le paiement des échéances fiscales. «D'autant plus que les reprises de liquidité n'ont porté que sur 1,250 milliard de DH contre 3,94 milliards en moyenne quotidienne pour la période précédente», commentent les analystes de la salle des marchés de la BCP. L'absence de placement en facilités de dépôt à 2,25% depuis le 12 janvier, contre respectivement 550 millions et 500 millions de DH pour les 8 et 9 janvier, est un autre élément révélateur de cette tendance. Compte tenu de la contrainte d'ajustement de la réserve et au vu du contexte actuel, le marché a connu une demande soutenue sur le cash. Le volume moyen des opérations au jour le jour sur l'interbancaire est passé de 700 millions de DH à 1,3 milliard au 12 janvier. En parallèle, le compartiment secondaire a connu une activité intense.Une remontée des taux a accompagné cette hausse de la demande sur le cash. Ces derniers ont évolué dans une fourchette, tant sur l'interbancaire que sur le secondaire, de 2,50% en fin de semaine à 3,25% à partir du 12 janvier 2004. Les pronostics de la salle des marchés de la BCP, pour cette semaine qui coïncide avec le passage à une nouvelle réserve, font état d'un maintien des taux à des niveaux proches de 3,25%. «Puisque le règlement d'un montant de 4 milliards de DH relatif aux adjudications sera compensé par un volume de tombées de 3,1 milliards de DH et une injection de 1 milliard de DH», est-il indiqué auprès de la BCP. Ce montant représente, en effet, l'écart entre les deux volumes retenus par BAM au niveau des reprises de liquidité (200 millions de DH pour la semaine du 15 au 22 janvier contre 1,25 milliard de DH pour la semaine précédente). «Toutefois, les sorties de monnaie fiduciaire avec l'approche de Aïd-al-Adha, pourraient provoquer une tension sur le cash», ajoutent les analystes de la BCP. Dans ce contexte, les taux devraient évoluer autour de 3,25%. Concernant le marché primaire, il est caractérisé par une réduction des excédents de liquidité ainsi que par une tendance provisoirement haussière des taux sur le marché monétaire. Les investisseurs devraient dans ce cas-là jouer la carte de la prudence. Cependant, les récentes mesures de BAM de régulation de la liquidité du marché font craindre aux opérateurs une série de baisses des taux sur le marché primaire des BDTs.


    Les besoins du Trésor satisfaits

    La dernière séance dédiée au court, moyen et long terme fut ainsi marquée par une forte demande sur les BDTs. Le volume global soumissionné s'est élevé à 13,8 milliards de DH dont plus 55% sur la maturité 5 ans et 12% sur le 15 ans.Face à cette configuration de la demande, le Trésor a levé 4 milliards de DH dont plus 72% sur la maturité 5 ans. Le reste a concerné le 15 ans et le 52 semaines avec respectivement 5 et 22% du montant global levé.A l'instar de la séance précédente, cette adjudication a connu une baisse des taux, notamment pour le 5 ans qui a perdu 29 points de base en s'affichant à 4,68%. Le taux moyen pondéré du 15 ans a quant à lui enregistré un recul de 5 points avec un niveau de 5,86%. Quant à la maturité 16 mois (52 semaines), son taux limite se situe à 3,62%.Au terme de la troisième séance du mois, les levées du Trésor ont atteint 7,6 milliards de DH, soit un niveau dépassant les besoins du mois, annoncés de 6 à 6,5 milliards de DH. Fédoua TOUNASSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc