×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marché monétaire: BAM revoit ses outils de régulation

Par L'Economiste | Edition N°:1678 Le 07/01/2004 | Partager

. L'objectif est de préserver un taux plancher pour rémunérer le cash. Une baisse des taux obligataires en vue BAM vient de revoir deux de ses outils de régulation des taux d'intérêt sur le marché monétaire. Il s'agit de l'institution de façon permanente de la facilité de dépôt à l'initiative des banques au taux de 2,25%. Ce qui devrait constituer un niveau plancher à l'évolution des taux monétaires sur le marché interbancaire et celui des pensions. La Banque centrale décide également d'effectuer ses opérations de reprise de liquidités, selon un calendrier hebdomadaire, à taux variable, aux lieu et place des interventions quotidiennes à taux fixe. La sortie de BAM est très bien accueillie par les opérateurs, qui voient là un renforcement des mécanismes de marché. Un trader commente la décision en déclarant que «la Banque centrale fait amende honorable après son action en septembre 2003, lorsqu'elle a relevé le coefficient de la réserve monétaire à 16,5% et a baissé les taux directeurs à 3,25%». Une mesure douloureuse qui a été très mal accueillie par les intervenants sur le marché (cf. www.leconomiste.com). Ces derniers, pris de court par la Banque centrale, devaient revoir leurs stratégies d'investissement sur les marchés. Pour BAM aussi, la mesure a été contre-productive. «En ce sens, qu'elle lui a coûté très cher. Soit quelque 0,75% sur la rémunération des liquidités importantes de la Réserve monétaire et 3,25% sur celle des reprises quotidiennes de liquidités», explique Khalid Nasr, directeur de BMCE Capital Markets. Quand bien même cette opération ait provoqué la hausse des taux sur le moyen terme et poussé les investisseurs à bouder le long terme (les maturités à 10 et 15ans). Les deux mesures mises en place par BAM, «après le lancement des swaps de change, font davantage jouer les mécanismes du marché», note Khalid Nasr. C'est que «les autorités de tutelle se rendent compte que la liquidité est bien là, et l'inflation reste toutefois maîtrisée. Deux facteurs qui militent pour des taux bas».En mettant en place la facilité de dépôt permanente à 2,25%, à la façon de la Banque centrale européenne, et un appel d'offres hebdomadaire de reprises de liquidités plafonnées à 3,25%, la Banque centrale opère en réalité une baisse des taux directeurs sans vraiment le déclarer.Les effets de cette nouvelle mesure sont nombreux. Khalid Nasr en définit quelques uns, les plus importants aux yeux des opérateurs. D'abord, une baisse des taux obligataires qui va améliorer le refinancement du Trésor. Ensuite, un renforcement de la réactivité de BAM face aux évolutions adverses du marché, chose qui constitue un bon signal pour les investisseurs. Enfin, la dynamisation du marché monétaire, sur lequel le taux du cash est fixé jusque-là quasiment à 3,25%, par l'introduction davantage de volatilité. Cela pourrait même dynamiser le secteur boursier. Puisque la baisse des taux monétaires pourrait toujours encourager les investisseurs à re-flirter avec la Bourse, un peu morose ces jours-ci!


Petite épargne

Un problème subsiste au niveau de l'indexation de certains produits d'épargne à court terme sur les bons du Trésor. Dans ce registre, Khalid Nasr, directeur de BMCE Capital Markets, préconise pour protéger cette «petite» épargne, «d'imaginer un plancher de sorte à ne pas éroder son niveau de rémunération à l'occasion de chaque révision des taux». B.E.Y.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc