×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Marathon des sables: Départ le 25 mars

    Par L'Economiste | Edition N°:2482 Le 12/03/2007 | Partager

    . Une trentaine de Marocains dont six femmes en lice. Budget de la manifestation: 2,5 millions d’eurosLe Marathon des sables compte de plus en plus d’adeptes. Pour sa XXIIe édition, 800 coureurs venant de 30 pays vont s’élancer dans le désert marocain le 25 mars, pour une durée de sept jours. Les concurrents vont courir 220 kilomètres en autosuffisance alimentaire: ils vont porter leur équipement et nourriture pendant toute la durée du marathon, seule l’eau étant fournie. Course à pied, par étapes et en allure libre, l’itinéraire emprunte toute sorte de terrain: dunes, petites montagnes, palmeraies, plateaux caillouteux, oueds asséchés… sur 6 étapes de 20 à 70 km dont une de nuit. Le parcours est toujours parsemé de difficultés plus ou moins accentuées par la chaleur et/ou le vent. Et c’est bien connu: le Marathon des sables figure parmi les plus durs au monde. Pour nombre de participants, c’est donc un défi d’atteindre la ligne d’arrivée. Selon Patrick Bauer, fondateur et organisateur de l’événement, «tous les encadrants et l’équipe médicale mobilisés font tout pour que le maximum de participants arrivent au bout du marathon. Ainsi, le taux d’abandon est très faible: de l’ordre de 6% en moyenne». Le nombre de Marocains augmente légèrement d’année en année. Reste que leur proportion est très faible, avec 4% pour 2007. Un taux qui peut s’expliquer par le fait que nombreux parmi eux associent le bivouac à l’inconfort et au camping alors que les Occidentaux l’assimilent au rêve, à l’aventure et au dépaysement. Cette année, la France est la nation la plus représentée avec plus de 300 participants. Suivent l’Angleterre et les Etats-Unis avec respectivement 230 et 70 concurrents. Les femmes sont chaque année un peu plus nombreuses à tenter l’aventure, si l’on en croit les organisateurs. Elles représentent cette année 10% de l’ensemble. «De manière générale, elles sont courageuses et très résistantes à l’effort. Très peu d’entre elles abandonnent», est-il souligné. Le trophée a été remporté par l’athlète marocain Lahcen Ahansal au cours des 9 dernières éditions, son frère Mohamed arrivant souvent juste derrière, ce qui a permis aux deux frères de monter une agence de trekking à Zagora. Pour la prochaine édition, les intéressés doivent s’inscrire avant fin octobre. Mais il faut savoir qu’une bonne condition physique et six mois d’entraînement intensif sont nécessaires!


    Gros budget

    LES frais de participation sont de 22.500 DH par personne pour les Marocains et de 2.650 euros pour les Français. Pour les autres nationalités, le tarif diffère en fonction du prix du billet d’avion. Les cadres supérieurs et professions libérales, qui sont la majorité, participent sans trop se soucier du coût, tandis que les personnes moins aisées ont recours à des sponsors. D’après Patrick Bauer, les tarifs sont justifiés par la lourdeur de l’organisation, qui dure toute l’année. «Une grosse logistique est mobilisée pour l’événement : des avions, une équipe médicale et d’encadrants étoffée, les hôtels, les déplacements, la promotion, les déplacements…» Le budget total de la manifestation est de 2,5 millions d’euros. Une enveloppe de 30.000 euros est distribuée aux gagnants toutes catégories confondues. Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc