×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Maquiladoras
S’inspirer sans dupliquer le Mexique

Par L'Economiste | Edition N°:2141 Le 31/10/2005 | Partager

. Revu et corrigé par le plan Emergence. Les pièges à éviterLes maquiladoras sont remises au goût du jour par le plan Emergence. Elles sont censées porter des secteurs stratégiques comme l’automobile, l’électronique et l’aéronautique. Mais le modèle mexicain commence à dater. Il a été conçu dans le contexte particulier des années 60, marqué par le cloisonnement des marchés et la volonté des Etats-Unis de favoriser les marchés de proximité.Avec la globalisation des échanges, la donne a changé. Le concept de proximité géographique perd de sa valeur. Les investisseurs européens n’hésitent pas à se délocaliser loin de leurs débouchés, pour peu qu’ils gagnent en compétitivité. Bien sûr, il faut continuer à privilégier les marchés naturels et, pour le Maroc, la zone UE restera cruciale. Mais en parallèle, il doit développer d’autres atouts pour se démarquer de la concurrence. Proposer des locaux aménagés dans des sites sécurisés, une offre de services adéquate, une main-d’œuvre formée et flexible. Pour tous ces volets, le train est en marche, assure Salaheddine Mezouar, ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Mise à niveau. De toute façon, le Maroc n’aura rien à gagner à dupliquer l’expérience mexicaine. Celle-ci a été poussée à l’extrême, provoquant bon nombre d’effets pervers. Tout d’abord, la forte dépendance du Mexique par rapport aux cycles économiques de son voisin américain. Ensuite, il est directement confronté à la concurrence des autres pays en développement qui présentent des coûts de production plus faibles. D’où la tentation de pratiquer au sein des maquiladoras le dumping social pour conserver les flux d’investissements étrangers.De plus, dans ces zones, les entreprises opèrent en vase clos, important l’essentiel des intrants au lieu de s’approvisionner localement. Ce qui a pour effet d’aggraver le déséquilibre entre les zones frontalières avec les Etats-Unis et le reste du territoire.Pour éviter les mêmes pièges, le Maroc devra non seulement veiller à la diversification des débouchés mais aussi des capitaux. L’accord de libre-échange avec les USA constitue un argument de poids. Il devra également se positionner sur des secteurs à forte valeur ajoutée tout en veillant au strict respect du droit du travail. La sélection des 3 secteurs fer de lance que sont l’automobile, l’électronique et l’aéronautique, va dans ce sens. Le choix est donc fait. Reste à voir la concrétisation sur le terrain.


De quoi s’agit-il?

Une maquiladora, ou son abréviation maquila, est l’équivalent latino-américain des zones de traitement pour l’exportation (export processing zone). L’usine, qui est implantée sur cette zone géographique limitée, bénéficie d’une exonération des droits de douane pour produire au moindre coût des marchandises assemblées, transformées ou élaborées à partir de composants importés. La majeure partie de cette marchandise doit ensuite être exportée. Les maquiladoras ont vu le jour au Mexique, dans les zones frontalières avec les Etats-Unis. On en trouve de nos jours également au Guatemala, au Salvador, au Honduras et au Panama. Elles fabriquent, entre autres, des vêtements, de l’électronique, des pièces automobiles... Suivant le décret mexicain Maquila du 22 décembre 1989, ces usines peuvent être entièrement propriété d’entreprises étrangères. Elles attirent les investisseurs notamment pour la faiblesse des taxes appliquées, la main-d’œuvre bon marché, l’absence de régulation du travail et les normes environnementales peu exigeantes.Mouna KABLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc