×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Malgré ses promesses : Forte remercie deux directeurs de Méridien

    Par L'Economiste | Edition N°:164 Le 26/01/1995 | Partager

    Le personnel de Méridien, l'ex-filiale hôtelière d'Air France rachetée par le groupe britannique d'hôtellerie et de restauration Forte, n'est toujours pas fixé sur son sort. Forte n'a en effet toujours pas dévoilé la nouvelle organisation de Méridien.

    Selon la presse française, il serait actuellement question de mettre en place un plan social destiné au personnel travaillant au siège de Méridien. A en croire La Tribune, quelque 70 à 80 personnes seraient concernées par ce plan. Pourtant, le Britannique s'était engagé à conserver, non seulement l'enseigne et le management de Méridien, mais aussi son personnel.

    Aujourd'hui, il se contente de dire que la transaction avec Air France ne comportait aucun volet social. "Nous avons vraiment l'impression d'avoir été laissés pour compte", estime un salarié de Méridien.

    A ce jour, deux membres de l'état-major de la chaîne de luxe ont été remerciés. Il s'agit du directeur adjoint des affaires financières, qui a rejoint la direction générale de Jet Tours, et du directeur général des affaires commerciales qui a réintégré le groupe Air France.

    Il est à rappeler que l'ambition de Forte est de faire de Méridien la première chaîne de luxe internationale. D'ici à la fin de la décennie, il compte disposer d'un parc de plus de 50.000 chambres, soit le double de ce qu'il gère actuellement.

    Pour réaliser cet objectif, le Britannique pourrait procéder à de nouvelles acquisitions, car ni les huit établissements qui sont en chantier ni la trentaine de projets dans les cartons ne suffiront. Il a déclaré viser prioritairement les Etats-Unis et l'Asie.

    Forte a en outre annoncé son intention de céder dans les deux ou trois ans à venir près de 4 milliards d'actifs, soit 25% qui lui restent de son activité de restauration aérienne et d'une centaine d'hôtels, pour la plupart deux étoiles, en Grande-Bretagne.

    Pour le moment, les équipes de Forte et de l'ex-filiale d'Air France doivent travailler à leur fusion.

    Avec ses 18.000 employés dans le monde, Méridien modifie en effet la structure de Forte qui n'employait jusqu'alors que 5.000 personnes dont la moitié dans l'hôtellerie (Forte gère également des restaurants). Forte tient à conserver le "french touch" qui constitue "la valeur ajoutée de la chaîne", a précisé un cadre du groupe.

    Le développement international de la chaîne britannique reposera donc sur Méridien, l'enseigne Forte Grand (pour les hôtels haut de gamme du groupe), créée il y a deux ans, devant disparaître au fil des ans, a confié M. Rocco Forte.

    Forte compte financer son développement grâce à la rentabilité de Méridien. Après avoir perdu 29,7 millions de Francs en 1993, l'ex-chaîne française pourrait présenter cette année un bilan équilibré.

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc