×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Lutte sans merci contre le terrorisme

Par L'Economiste | Edition N°:1160 Le 07/12/2001 | Partager

. Pour Margaret Tutwiller, ambassadeur des Etats-Unis, la lutte contre le terrorisme est devenue une priorité nationaleL'onde de choc des attentats du 11 septembre dernier semble avoir été plus forte que prévue. Plusieurs mois après, de nombreuses interrogations subsistent encore quant aux conséquences à venir. Dans les milieux économiques, les décideurs envisagent avec inquiétude le spectre d'une éventuelle crise. Du côté des chancelleries, on scrute les signes d'un éventuel changement de la scène internationale. Afin de faire le point sur ces questions, le Club de la Presse du Maroc a organisé mercredi soir à Rabat un débat en présence de Margaret Tutwiller, ambassadeur des Etats-Unis au Maroc. Objectif: évaluer l'impact de ces événements sur la politique étrangère américaine. Actualité oblige, la croisade internationale contre le terrorisme a accaparé l'essentiel de l'attention. Afin de parer aux critiques nombreuses dont fait l'objet son pays depuis le début de cette action, Margaret Tutwiller a adopté un ton rassurant. “Depuis le 11 septembre, la lutte contre le terrorisme est devenue une priorité nationale pour les Etats-Unis. Cela n'en signifie pas pour autant que nous avons oublié notre attachement aux valeurs de justice et d'équité. D'ailleurs, près de 5 millions de musulmans continuent de vivre aux Etats-Unis en toute quiétude”, a-t-elle déclaré.Une position qui ne semble pas prête d'être partagée par la société civile dans de nombreux pays musulmans. Pour cette frange de l'opinion publique, les Etats-Unis n'auraient d'autres intentions que de les mettre sous le joug. Un sentiment renforcé par l'implication militaire en Afghanistan, et la passivité observée en Palestine. En revanche, l'Oncle Sam s'est retrouvé dans une position plus confortable du côté des gouvernements. Soucieux de ne pas perdre l'appui de cet allié précieux, le pas a été presque unanimement emboîté à la volonté de la Maison Blanche. Un point sera cependant resté en suspens durant cette soirée. La définition du terrorisme. L'ambiguïté pèse encore sur ce concept, qui est devenu au centre des rapports internationaux. Une imprécision qui, si elle persiste, risque d'ouvrir la porte à bien des abus. Abdelfattah BERHIL

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc