×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Lutte contre le piratage
Plus de 850.000 CD, VCD et DVD saisis

Par L'Economiste | Edition N°:2183 Le 30/12/2005 | Partager

. 12 actions en justice et 112 personnes interpelléesL’Association professionnelle des producteurs et éditeurs de phonogrammes (APPEP) est bien décidée à poursuivre sa lutte contre le piratage. Aujourd’hui, elle décide de s’attaquer aux «gros bonnets». L’Appep est persuadée de l’existence de réseaux bien organisés qui mènent ce «business». Khalid Nokry, secrétaire général de l’association, reconnaît la difficulté de la tâche. «Eradiquer le piratage relève du miracle, mais nous sommes déterminés à mettre à mal les gros trafiquants», indique-t-il.Entamée en avril 2005, la campagne a touché plusieurs villes du pays: Casablanca, Rabat, Fès, Meknès, El Jadida, Berkane, Oujda, Temara, Sidi Slimane, Sidi Bennour, Berrechid et récemment Marrakech. Le bilan est plus qu’éloquent et montre bien l’ampleur du fléau qui «asphyxie la profession et risque de faire disparaître le patrimoine national». Plus de 850.000 CD, VCD et DVD, 2,54 millions de pochettes, 355 graveurs et autres matériels pour l’impression ont été saisis lors des opérations de perquisition. Un simple petit calcul montre que les graveurs saisis peuvent produire grosso modo jusqu’à 1,7 million de CD par mois, à raison de seulement huit heures de travail par jour, et sachant que le temps nécessaire pour graver un CD est de 3 minutes. Si l’on considère qu’un CD se vend en moyenne à 3 DH, la recette s’élève à 5,1 millions de DH. Valeur d’aujourd’hui, douze actions en justice contre des distributeurs pour piratage de programmes informatiques ont été entamées et 112 personnes interpellées. La plupart des dossiers sont actuellement en appel. La collaboration de la police est déterminante pour la réussite des descentes dans les commerces et les lieux de production. Après localisation des fraudeurs par l’association, les descentes doivent êtres orchestrées simultanément. Sinon, des pirates auront de fortes chances d’échapper au contrôle grâce à la liaison étroite entre réseaux. Quel effet sur le marché? Pour certaines villes, notamment Meknès, le phénomène du piratage a sensiblement diminué, signale le secrétaire général de l’Appep. Mais pour d’autres, les répercussions sont perceptibles uniquement les premières semaines qui suivent les descentes. Après, d’autres pirates entrent en action. Pour Nokry, la nouvelle loi sur la protection des droits d’auteur et la propriété intellectuelle, adoptée récemment par le Parlement (www.leconomiste.com), va changer la donne. Les sanctions étant devenues plus sévères. Dès la première tentative, les fraudeurs risquent la prison. En cas d’habitude ou de récidive, les peines d’emprisonnement sont multipliées. Actuellement, la première tentative est passible seulement d’une amende de 500 DH, ce qui encourage l’activité. Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]e.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc