×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'Union somme la Russie de libéraliser son marché gazier

Par L'Economiste | Edition N°:1742 Le 07/04/2004 | Partager

. Condition Sine qua non pour son entrée à l'OMCL'épineuse question énergétique, l'une des principales pierres d'achoppement dans les négociations entre l'Union européenne et la Russie pour l'entrée de cette dernière à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), pourrait être résolue dès le mois prochain. C'est ce qu'a affirmé en substance le chef de la délégation russe. “Je pense que dès la fin mai, nous pouvons nous mettre d'accord de façon informelle et que des accords formels pourront être obtenus en juillet pour le chapitre énergétique”, a déclaré Maxime Medvedkov, vice-ministre du Développement économique. Le responsable s'exprimait devant les journalistes au retour d'un cycle de négociations pour l'entrée de la Russie à l'OMC qui s'est tenu la semaine dernière à Genève. Pour rappel, l'UE a toujours insisté pour que la réforme du secteur gazier russe fasse partie des négociations pour l'entrée de la Russie à l'OMC. L'Union considère que la Russie subventionne indirectement son industrie grâce à des prix du gaz maintenus artificiellement bas sur son marché intérieur. Ce qui crée une distorsion de concurrence. Tout en réitérant la position de la Russie, le ministre a tenu à rappeler que cette question a un caractère exclusivement régional. “Les prix du gaz n'est pas une question liée à l'OMC, elle a trait plutôt aux relations bilatérales entre l'UE et la Russie”.En outre, Medvedkov a nié que la Russie subventionnait son industrie par des tarifs gaziers bas. “Nous sommes prêts à montrer à nos partenaires que les prix (du gaz et de l'électricité) couvrent leurs coûts de production”, a-t-il expliqué.Sur le volet sensible de la future adhésion de la Russie à l'OMC, le ministre a exclu une adhésion pour cette année, néanmoins il a estimé que 90% des questions avaient déjà été résolues. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc