×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    L'UE favorable à une zone de libre-échange avec les USA

    Par L'Economiste | Edition N°:178 Le 04/05/1995 | Partager

    La Commission européenne explore la possibilité de créer à long terme une zone de libre-échange avec les Etats-Unis ou avec les pays membres de l'Alena (accord de libre-échange nord-américain). L'Alena regroupe les Etats Unis, le Mexique et le Canada.
    Les services de la Commission mènent actuellement une étude approfondie dans ce sens, prenant en compte les secteurs sensibles de part et d'autre, tels que les textiles pour les USA et l'agriculture pour l'Union Européenne.
    Toutefois, l'administration américaine relègue cette possibilité de coopération au second plan, "tant que les négociations avec l'Union Européenne sur les secteurs n'ayant pas fait l'objet d'accord au GATT ne sont pas terminées". Les secteurs concernés sont notamment l'audiovisuel, les télécommunications, les services financiers et les transports maritimes. Ainsi, la priorité demeure la résolution des conflits actuels issus des lacunes de l'Uruguay Round.

    Selon M. Jeffrey Garten, sous-secrétaire américain au Commerce, plusieurs divergences persistent et une vision plus large s'impose aux deux parties. Face au nouveau contexte international de l'après-guerre froide, l'ensemble de ces forces contradictoires doivent être maîtrisées. "Il s'agit de créer une nouvelle architecture dans les relations entre l'Union Européenne et les Etats-Unis", a-t-il précisé lors d'une visite à Bruxelles.
    En outre, le directeur général de la Commission chargée des relations économiques extérieures, M. Horst Krenzler, souligne la nécessité d'étudier les conséquences de la création de cette zone de libre-échange entre les deux puissances commerciales sur le fonctionnement de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC).
    L'intérêt exprimé par plusieurs responsables politiques pour cette zone de libre-échange démontre l'importance des relations économiques et commerciales dans la stabilité du monde.

    Hicham RAÏQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc