×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Loyer de l’argent: BAM reste prudente

Par L'Economiste | Edition N°:2743 Le 27/03/2008 | Partager

. Le taux directeur reste inchangé à 3,25%. Le marché doit s’autoréguler «Confiante pour la croissance et surtout prudente pour l’inflation». C’est comme ça qu’interprète la majorité des analystes la décision de maintenir inchangé le taux directeur de Bank Al-Maghrib à 3,25%. Pas de surprise donc pour les professionnels qui s’attendaient au maintien du choix stratégique de la Banque centrale qui préfère gérer le marché par le volume. «Le message est donc clair aux intervenants si l’on veut lire entre les lignes: le marché doit s’autoréguler en termes de liquidité pour préserver l’équilibre», précise un analyste obligataire.Cette décision confirme donc l’efficience de la politique monétaire, menée par BAM depuis quelques mois déjà, évitant tout dérapage inflationniste. En glissement annuel, l’inflation s’est établie à 2,4% en février 2008 contre 1,7% en janvier. Cette augmentation s’explique principalement par le renchérissement des produits alimentaires de base. Du coup, l’inflation sous-jacente a poursuivi sa tendance haussière entamée à la fin de l’année 2007, à 2,3% en janvier et à 3% en février. Par ailleurs, et dans un environnement macro-économique marqué par la «conjonction de risques à la fois nationaux et internationaux», la Banque centrale précise dans un communiqué que l’inflation à l’horizon du troisième trimestre 2008 resterait en ligne avec l’objectif de stabilité des prix, soit une prévision moyenne de l’ordre de 2,2%. Et ce dans l’hypothèse de la non-matérialisation d’un ou plusieurs facteurs de risque. Sur le plan externe, ces risques sont liés à la poursuite des tensions sur le prix des hydrocarbures et des matières premières, notamment agricoles, et à la recrudescence des pressions inflationnistes chez les principaux partenaires du Maroc. Sur le plan interne, les risques concernent les incertitudes liées au maintien du gel du mécanisme d’indexation des prix des produits pétroliers aux pressions latentes sur les revenus, à l’importance des encaisses liquides accumulées par les agents économiques, ainsi qu’à l’accélération de la croissance des crédits bancaires. «Ces risques relatifs à l’évolution future de l’inflation sont toujours orientés à la hausse». Compte tenu de l’ensemble des facteurs sous-jacents, le gouverneur de BAM a affirmé à plusieurs reprises la détermination de son institution à rester très vigilante.Rien d’inquiétant à signaler, donc, au niveau de l’inflation pour 2008. En dépit des pressions tous azimuts qui planent sur la politique monétaire et l’indice du coût de la vie, Bank Al-Maghrib est toujours serein dans ses prévisions. Said MABROUK

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc