×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    L'or pourrait retrouver sa valeur de couverture face à des marchés boursiers surévalués

    Par L'Economiste | Edition N°:608 Le 04/10/1999 | Partager

    · Après une forte hausse, les cours ont baissé jeudi sur le marché londonien

    L'or, dont les prix ont flambé ces derniers jours, pourrait retrouver un rôle de valeur de couverture en raison de la baisse des rendements des valeurs boursières aux Etats-Unis, selon des analystes. Ceci d'autant plus que les cours du métal précieux ont bondi dans un contexte de réduction de la production, d'un faible Dollar et de craintes sur une reprise de l'inflation, sans oublier un marché américain agité, souligne l'agence de notation financière Moody's dans un récent rapport.
    Cependant, cette hausse des cours reste dépendante de la volonté des opérateurs mondiaux de limiter la quantité disponible sur les marchés. Notons que l'or avait poursuivi sa progression mercredi à Londres, sur le London Bullion Market (le marché londonien des métaux précieux), l'once dépassant les 315 Dollars en cours de journée, au plus haut depuis près de deux ans. Le mouvement de hausse a été déclenché par la décision de quinze banques centrales européennes de plafonner leurs ventes d'or.
    Mais hier jeudi, le métal jaune a ouvert en nette baisse sur ce même marché londonien, l'once coûtant 304 Dollars, contre 322,25 à la clôture mercredi. Il évoluait autour de 305, victime de prises de bénéfices.
    Rappelons que le marché de l'or est volatile depuis l'annonce dimanche par quinze banques centrales européennes d'un moratoire de cinq ans sur leurs ventes d'or, en dehors de celles déjà prévues, et d'une limitation de leur activité de crédit-bail.

    La décision des banques centrales avait immédiatement déclenché une envolée des cours, l'once repassant mardi au-dessus des 300 Dollars et retrouvant rapidement ses niveaux d'il y a près de deux ans, alors qu'elle était encore la semaine dernière au plus bas depuis vingt ans.
    En outre, la récente remontée des fonds investis en métaux précieux les positionne comme un très bon instrument de couverture face à des marchés boursiers surévalués, précise Moody's. Il souligne que les fonds de placement en actions américaines ont perdu en moyenne 6,06% sur le trimestre écoulé. La reprise économique en Asie, qui absorbe la majeure partie de la demande d'or mondiale, contribue également à tirer les prix à la hausse.
    Moody's met cependant en garde contre de nouvelles ventes de métal jaune par les banques centrales d'Angleterre et de Suisse. Une amélioration de la parité Dollar-Yen ou un retournement de tendance sur les marchés boursiers américains pourrait modifier les bonnes perspectives pour le marché de l'or.


    Marchés obligataires déprimés


    LES marchés obligataires européens avaient fortement déprimé mercredi soir, suite notamment aux déclarations du vice-président de la Banque Centrale Européenne Christian Noyer sur une hausse des risques d'inflation dans la zone Euro.
    Mercredi soir, les rendements des emprunts d'Etat à 10 ans -qui évoluent en sens inverse de leurs cours- se tendaient de 6 à 8 points de base par rapport à la veille au soir.
    D'après les experts, dans les jours qui viennent, le marché devrait évoluer en fonction des fluctuations du Yen, du Dollar, de l'or, du pétrole, en attendant la publication du rapport Tankan au Japon mardi prochain, ainsi que la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur les taux d'intérêt mardi soir.

    Wissal SEGRAOUI (AFP)

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc