×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

L'ONA entame d'un bon pied son plan 1998/2000

Par L'Economiste | Edition N°:324 Le 02/04/1998 | Partager

Au vu des performances réalisées en deux ans, l'ONA maintient le cap. Priorité donc à la consolidation des métiers de base, sans pour autant se fermer à de nouvelles opportunités.


L'ONA clôture en beauté son plan stratégique 1995/1997.
La stratégie engagée depuis deux ans s'est avérée payante.
Aussi le groupe compte-t-il bien maintenir le cap pour le plan 1998/2000. Parmi les priorités immédiates, M. Fouad Filali, président-directeur général, avance en première ligne le redressement de Cosumar et la prospection de nouveaux sites miniers. Il s'agit également de donner un nouvel élan au Pôle Grande Distribution et à la branche des produits laitiers.
Consolidation donc des activités stratégiques. Pour autant, l'ONA ne compte pas se fermer aux nou-velles opportunités. "Le renforce-ment de notre participation de 60 à 100% dans le capital de la Compa-gnie Africaine des Assurances (CAA) en est la preuve", souligne M. Filali. Le groupe table aussi sur les performances du Pôle de l'International en 1998.
D'ores et déjà les résultats de la politique de recentrage et d'amé-lioration de la rentabilité du Groupe sont palpables.

Le résultat net consolidé enregistre un bond de 16% à 1,5 milliard de DH environ. "Ce qui reflète la stabilité du résultat d'entreprise, la forte progression du résultat des assurances et la baisse de la charge d'impôt". Cette dernière est tombée de 31 à 25% du fait de la montée en puissance du Pôle Mines qui bénéficie d'une fiscalité favorable. Mais la véritable performance se situe au niveau du résultat net part de groupe. Il vient de dépasser pour la première fois la barre du milliard de DH. En hausse de 29%, il avoisine 1,3 milliard de DH au terme de l'exercice 1997. Les principaux contributeurs sont les Pôles Mines et International dans lesquels le Groupe détient des pourcentages d'intérêt significatifs.
En outre, les comptes consolidés du Groupe, arrêtés par le Conseil d'Administration le 27 mars dernier et certifiés Price Waterhouse et Ernst & Young font apparaître un recul de près de 10% du chiffre d'affaires (CA) à 16 milliards de DH. "En fait, la comparaison entre les deux exercices n'est pas significative", souligne M. Gilles Demisty, directeur général du Groupe. En 1997, l'ONA a cédé ses participations dans Fruits & Expansion (filiale du groupe Optorg) ainsi que les deux unités de textiles SCIM et Masurel. Parallèlement, le Groupe a renforcé sa présence dans la SMI (80% du capital) et acquis la totalité de la CAA.
A périmètre comparable, l'activité affiche en revanche une progression de 4,5% à 15,3 milliards de DH. "A signaler de plus que le rythme de croissance du CA aura doublé en deux ans en dépit des difficultés de Lesieur et de Cosumar et de la stagnation de la consommation locale", ajoute M. Filali. Les autres pôles et notamment les Mines, l'International, la Grande Distribution et l'Automobile ont, quant à eux, performé le CA. "Cette bonne tenue de l'activité s'explique par l'effort de réduction des prix de revient et par la prise en compte des exigences des clients", explique M. Demisty.

Un PER de 14


Autre acquis de la stratégie globale: le désendettement depuis trois ans. De 2,4 milliards en 1995, l'endettement net est tombé à 1,8 milliard en 1996 pour s'établir à 592 millions de DH en 1997. "Nous y sommes arrivés grâce à l'amélioration des délais de paiement de la Caisse de Compensation et à la hausse des cash-flows générés". Sont également citées la maîtrise des investissements courants et la diminution du besoin en fonds de roulement. Les cash-flows du Groupe se chiffrent à près de 2 milliards de DH dont la moitié affectée à des investissements. Les créances de Cosumar et de Lesieur à l'égard de la Caisse de Compensation sont, elles, passées de 834 millions à 516 millions de DH. Au 19 mars 1998, l'action se traitait à 930 DH avec l'un des PER les plus bas du marché (14). Comme pour l'exercice antérieur, le dividende a été augmenté de 1 DH à 16 DH l'action. Il sera mis au paiement le 15 juillet prochain.
· Le Pôle Agro-alimentaire a contribué pour 56% au CA consolidé à périmètre constant, avec 8,950 milliards de DH (-1,2%). Il aura dégagé un résultat net de 342 millions de DH (-35%).
Année difficile pour Cosumar dont le CA accuse une baisse de 5,8% à près de 3 milliards de DH et le résultat net chute à 56 millions contre 166 millions en 1996. "Outre les prix de vente bloqués par la semi-libéralisation, Cosumar a subi de plein fouet la concurrence de sucreries d'Etat sur le sucre blanc granulé", est-il indiqué.

Stabilité pour Lesieur avec un CA de plus de 3 milliards et un résultat net de 184 millions de DH. Même contrainte réglementaire sur les prix de vente. "Mais la stagnation de l'activité s'explique aussi par le recul des huiles de table concurrencées par l'huile d'olive, et celle des savons par les autres marques de détergents". En revanche, l'activité des tourteaux se porte bien.
Bonne tenue des produits laitiers. La Centrale Laitière augmente ses ventes de 5,4% à 2,2 milliards de DH et son résultat net de près de 50% à 100 millions de DH. La maîtrise de l'amont agricole et la diversification de la gamme de pro-duits expliquent cette amélioration.
Morosité dans les produits de la mer. La branche dégage un CA de 611 millions de DH (-9,2%) et un résultat net de 3 millions de DH contre 30 millions en 1996. La Monégasque, spécialisée dans la semi-conserve d'anchois, a réalisé un bon exercice. En revanche, Marost et Marona vivent des situations préoccupantes du fait notamment de la raréfaction de la ressource.
· Année faste pour le Pôle minier. Bond de 27,6% du CA à 1,3 milliard de DH et un résultat net de 248 millions contre 118 millions en 1996. Ce pôle génère désormais 8% de l'activité consolidée. Il a bénéficié de l'évolution favorable des cours du Dollar et des métaux ainsi que de l'augmentation de la capacité. Cependant, l'activité de Somifer a été interrompue du fait de l'épuisement de la mine et celle de CTT, suite aux difficultés de mise en place de financements internationaux appropriés par le principal client chinois.

· Le Pôle International (Optorg) dégage un CA de 3,8 milliards (+12,5%), soit 24% du CA consolidé. Une croissance qui résulte des activités africaines de distribution de biens d'équipement. Le résultat net s'élève à 211 millions (+45%).
· Le Pôle Automobile accroît son CA de 20% à 641 millions de DH. Quasi-stagnation du résultat net à 40 millions de DH. Le succès du C15 et la révision de la politique commerciale relative aux voitures Peugeot 306 et 406 expliquent cette reprise.
· La Grande Distribution affiche un CA de 794 millions (+7%) et améliore son résultat net de 3 à 10 millions de DH. Le retour à l'équilibre est donc consolidé grâce au repositionnement de Marjane. La chaîne améliore sa compétitivité et élargit ses gammes. Le Groupe programme l'ouverture de nouvelles unités à Rabat et Casablanca. Des études sont en cours pour les autres régions.
· Le Pôle Immobilier réalise un CA de 200 millions de DH. Le résultat net monte à 11 millions contre un déficit de 58 millions en 1996 grâce à la politique de déstockage et de recouvrement des créances.

Mouna KABLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc