×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

L'ONA constitue une filière pêche en Europe

Par L'Economiste | Edition N°:99 Le 14/10/1993 | Partager

L'opération(1) de prise de contrôle par ONA International, à hauteur de 55%, des Pêcheries Delpierre a été annoncée dans la soirée du mercredi 6 octobre, à Paris, conformément à la législation française sur les prises de participations de sociétés cotées en Bourse. L'ONA avait indiqué à ce moment qu'il soutiendrait le cours à la reprise des cotations. Cette dernière doit intervenir dix jours ouvrables après l'autorisation du Trésor, lequel a jusqu'au début novembre pour faire connaître son point de vue.

La prise de contrôle des Pêcheries Delpierre débouche sur une autre prise de contrôle : Pêche et Froid, chez qui Pêcherie Delpierre détient 56% du capital. Dans la pyramide, Pêche et Froid est plus attrayante, parce que complémentaire avec les activités de I'ONA, au Maroc, en France et en Afrique. Les autres partenaires de Pêche et Froid sont une société publique d'investissements, spécialisée dans l'agro-industrie IDIA (pour 14%), une filiale de Paribas (pour 18%) et divers petits porteurs.

Apparemment, la décision du Trésor français devrait être favorable : le dossier n'est pas un enjeu politique chaud dans le paysage français et le secteur de la pêche y est en attente de modernisation depuis une trentaine d'années, sans qu'un acteur ne parvienne à le restructurer. Il se trouve d'ailleurs des observateurs pour penser que l'ONA pourrait être cet acteur avec son "recul stratégique" sur l'Afrique. En outre, et d'un point de vue industriel, les ramifications de cette prise de contrôle, additionnée à la présence de I'ONA dans Pêcheurs de France, donnent un fil directeur à l'ensemble, de la pêche à la commercialisation, avec au passage des possibilités d'amélioration des plans de charge de l'outil industriel. Toujours d'un point de vue industriel, l'organisation de ce pôle lui donnerait, sur l'espace français, 40% de la production de conserve de thon, 30% de la conserve de maquereaux et la maîtrise de l'anchois.

N.S.

(1) Cf. L'Economiste du 7 octobre 1993.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc