×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Loi sur les déchets: Qui fait quoi?

Par L'Economiste | Edition N°:2180 Le 27/12/2005 | Partager

. Le texte répartit les responsabilités entre les communes, les régions et l’Etat. Déchets domestiques: 11.000 tonnes par jour au milieu urbain Le gouvernement marocain s’est enfin enquis de la problématique imminente de la gestion et l’élimination des déchets. La Chambre des conseillers a adopté, vendredi 23 décembre, un projet de loi (28.00) relatif à la question. Selon Abdelaziz Ezzine, chef de la division réglementation au sein du département de l’environnement au ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Eau et de l’Environnement, cette loi prévoit la répartition des responsabilités relatives à la gestion des déchets par le biais de trois plans directeurs. Le premier concerne la gestion des déchets ménagers qui incombe aux collectivités locales, conformément aux dispositions de la charte communale. Le deuxième délimite le champ d’action des autorités régionales en charge des déchets agricoles, médicaux et industriels non pollués. Le troisième prescrit les responsabilités de l’Etat, en charge de la gestion et l’élimination des déchets dangereux. La loi introduit le système de responsabilisation pollueur-payeur et prévoit des sanctions graduelles en fonction des infractions perpétrées. Sa mise en application est, cependant, échelonnée par des délais transitoires en raison des terribles contraintes financières, techniques et humaines dont souffrent les autorités en question. Ce processus de restructuration risque de ne pas aboutir en raison de la précarité des infrastructures dédiées à ce domaine. Les décharges anarchiques faramineuses qui surplombent la plupart des villes en sont la preuve flagrante. Les écologistes qualifient ces espaces de bombes à retardement, susceptibles de détruire le fragile équilibre dans lequel survivent les citoyens tant bien que mal. La loi fixe, à ce sujet, des délais d’assainissement et des dates butoirs pour la mise en place de décharges contrôlées à l’instar des projets réalisés à Fès où Larache. «Le texte intervient pour combler le vide conséquent en matière de réglementation relative à la gestion des déchets. Le Maroc est, d’ailleurs, le dernier pays dans le pourtour méditerranéen à promulguer une telle réglementation», réplique Ezzine. On estime le volume des déchets domestiques produits quotidiennement au Maroc à environ 11.000 tonnes en milieu urbain, soit 0,75 Kg par personne, et 4.000 tonnes dans le milieu rural, soit 0,3 kg par personne. Des chiffres qui portent la quantité annuelle de ces déchets à 6,5 millions de tonnes.Le ministère de tutelle s’attarde sur la progression alarmante des déchets industriels qui ont dépassé 975.000 tonnes annuellement dont 120.000 qualifiés de dangereux. Quant aux déchets médicaux, ils s’élèvent également à 120.000 tonnes annuellement.Nouaïm SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc