×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Logistique: Un schéma directeur pour optimiser les coûts

Par L'Economiste | Edition N°:2679 Le 25/12/2007 | Partager

Attirer les investissements passe par l’instauration de plates-formes logistiques. « C’est une priorité du gouvernement que je place en tête des actions de mon mandat », affirme Karim Ghellab. Aussi des discussions sont en cours avec la CGEM pour finaliser un schéma directeur dans ce sens. «Il s’agit de grandes gares reliées par voies ferrées et autoroutes permettant la concentration et la distribution de marchandises, ce qui aura des impacts positifs sur la gestion des flux», explique le ministre. Dans l’attente de ces plates-formes, la gestion du transport de marchandises plonge dans l’anarchie. Ce qui n’est pas sans conséquence. Les entreprises supportent des coûts supplémentaires, ce qui nuit à leur compétitivité et les villes succombent sous les nuisances. Pour remédier à cette situation une action est entreprise pour mettre à niveau des acteurs logistiques intégrés. «Le pays a besoin de grands services logistiques et pour cela il faut inciter l’émergence d’acteurs aussi bien privés que publics», ajoute Ghellab. Le ministère de l’Equipement et du transport va mobiliser des entités comme Marsa Maroc et l’Office national des chemins de fer (ONCF). Cependant, la mise en place de telles structures nécessite un calcul de coût et des performances de l’activité. «En concertation avec la CGEM, nous créerons un observatoire pour mesurer les coûts. Il va permettre d’avoir une base de données périodiques pour mesurer la performance logistique. Un benchmarking viendra renforcer le processus», annonce le ministre. La formation ne devant pas être oubliée, le ministre demande à ce qu’il y ait un investissement dans ce sens. «C’est un volet très important pour accompagner la création de ces plates-formes. Aussi il est nécessaire de former des cadres dirigeants, des acheteurs. La formation de la main-d’œuvre est à prévoir également puisqu’on aura besoin de techniciens d’agent spécialisés, de chauffeurs…», souligne Ghellab.Jalal BAAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc