×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Logement/Recensement 2004
Moins de deux personnes par pièce

Par L'Economiste | Edition N°:2137 Le 25/10/2005 | Partager

. La moitié des ménages vit dans 2 à 3 pièces. De plus en plus de foyers urbains propriétaires de leur logement UN peu plus de la moitié des ménages urbains marocains sont propriétaires de leur logement. Leur proportion est passée de 48,2% en 1994 à 56,8% en 2004. Ce plus grand accès à la propriété s’est opéré à l’évidence au détriment de la location. En 2004, seuls 29,2% des ménages étaient locataires contre 35,1% dix ans plus tôt. C’est ce qui ressort des résultats du dernier recensement général de la population et de l’habitat. Apparemment, les programmes des 100.000 logements, la stratégie de recasement des bidonvillois ainsi que les facilités bancaires ont commencé à porter leurs fruits. Sur l’ensemble de la population, plus des deux tiers sont propriétaires (68,2%). Là, c’est bien sûr le milieu rural qui tire avec 85,8%. Normal, puisque la plupart des ruraux construisent sur leur propre terrainEn ville, les ménages habitent davantage dans ce que le HCP appelle maison marocaine moderne.En campagne, ce sont, à l’évidence, les habitations de type rural qui prédominent: 72,2% des ménages ruraux y vivent. Les maisons sommaires ou bidonvilles abritent eux 5,6% de ces ménages. Dans les villes, la proportion des foyers occupant un appartement est passée de 10,5% en 1994 à 12,4% en 2004. Le changement de mentalité chez les Marocains et l’éclatement de la famille y sont sûrement pour quelque chose. Une tendance que corrobore, d’une certaine manière, la baisse de la part des foyers habitant des maisons dites de «type marocain» et abritant généralement plus d’une famille. Toujours en milieu urbain, la part des ménages vivant dans l’habitat sommaire ou bidonvilles résiste. En 10 ans, la proportion des ménages vivant dans ce type de logement n’a baissé que d’un point: 8,2% en 2004 contre 9,2% en 1994.En revanche, la répartition des ménages selon le nombre de pièces habitées fait ressortir une certaine similitude entre ville et campagne. Les trois pièces arrivent en tête avec 28,6%. Près d’un ménage citadin sur trois vit en effet dans ce type de logement contre plus d’un quart en milieu rural. Les deux pièces arrivent immédiatement en deuxième position avec 26,8% en ville et 24,7% dans la campagne. Contrairement à ce que l’on pourrait croire et vu l’importance de la pauvreté, les ménages vivant dans une seule pièce ne représentent que 12,6% de l’ensemble dont 13,8% en ville et 10,8% en milieu rural. Autre surprise, le nombre moyen de personnes par pièce n’est que de 1,6% en ville et 1,8% à la campagne. Quel que soit le type de logement qu’ils occupent, 42,5% des ménages n’ont pas accès à l’eau potable et 28,4% à l’électricité. Pour leurs besoins en eau, la moitié des ménages ruraux (51,4%) utilise les puits, alors que la substitution principale en ville reste les fontaines publiques (51% des ménages). Pour l’éclairage, presque la moitié des ménages (45,8%) utilise les kandils et autres bougies et autant de gaz (44,4%). L’énergie solaire (6,3%), le pétrole (5,8%) et les groupes électrogènes (1,1%) sont moins sollicités à cause de leur coût certainement.Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc