×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Logement économique
Grosse opération dans le Nord

Par L'Economiste | Edition N°:3135 Le 23/10/2009 | Partager

. Al Omrane compte y lancer 2.700 logements . Le «140.000 DH» concentre l’essentiel des attentions. A l’horizon 2012, 12.000 unités en partenariat avec le privé LE logement à faible valeur fait son entrée au Nord. Al Omrane-Boughaz a démarré il y a quelques mois un projet à Tétouan. Tamouda 1 sera ainsi le premier projet du genre dans la région. Il sera composé de 320 unités et les premières livraisons sont programmées pour l’année prochaine. Selon Al Omrane-Boughaz, il est prévu de lancer 2.741 autres logements dans la région Nord avant la fin de l’année. Il s’agit de Tanger, Larache, Ksar Lekbir et Chaouen. Dans ces derniers cas, il est prévu de lancer des projets en partenariat avec le privé. Et la cadence risque d’être accélérée lors des prochaines années. A l’horizon 2012, Al Omrane prévoit le lancement de 12.000 unités de logements dans différents noyaux urbains et ruraux du Nord, en partenariat avec le privé, tient-on à préciser. Ce nouveau programme de logements fait partie de l’opération à 140.000 DH qui tend à compenser les lacunes de celle des logements à 200.000 DH. Les appartements auront une superficie couverte comprise entre 50 et 60 m2 et devront répondre aux critères architecturaux et de sécurité en vigueur. Le produit cible en priorité les populations à faible revenu ne dépassant pas une fois et demie le Smig, soit environ 3.000 DH. Ce produit devrait permettre de compenser le déficit en logements que connaît la ville de Tanger par exemple. En effet, selon les opérateurs, la région traîne un lourd déficit en matière de logements. Déjà en 2004, une étude avait évalué les besoins en logements à une moyenne de 8.500 par an, un rythme que l’on n’a pu atteindre qu’en 2007 et ce de manière exceptionnelle. D’où l’existence d’un déficit cumulé de près de 15.000 logements et qui va crescendo année après année. Actuellement, les besoins de la ville sont d’environ 8.000 logements par an, ce qui est largement compensé par la production moyenne annuelle sur les cinq dernières années qui se situe à près de 15.000 logements par an. Et c’est l’économique qui est le plus demandé. Ce dernier a eu la chance de ne pas trop souffrir de la crise actuelle. A rappeller que le cru 2008 a été l’exception. D’autant plus qu’en 2007 ce sont quelque 30.850 logements de natures diverses qui ont été autorisés à Tanger, soit une superficie totale de quelque 3 millions de mètres carrés, selon des chiffres du ministère de l’Habitat. Une grande partie de ces constructions devait être livrée en 2008. Ce chiffre constitue un record absolu jamais atteint auparavant par la capitale du détroit. Il est en croissance de près de 30% par rapport à l’année 2006, où ce sont plus de 23.000 logements qui avaient été autorisés.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc