×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Livre: De la Révolution culturelle à la business-culture

Par L'Economiste | Edition N°:2861 Le 16/09/2008 | Partager

. Une saga qui va devenir très à la modeUne saga pour entrer dans le monde chinois: «Brothers» de Yu Hua, chez Actes Sud, 2008. Il faut profiter des librairies des aéroports français pour l’acquérir, car il n’est pas encore arrivé sur les bancs des libraires marocains.C’est un gros bourg, «notre bourg des Liu», peu avant la Révolution culturelle et à 3 heures d’autocar de Shanghai. Un garçon, orphelin de père (le détail aura son importance dans le scénario), a découvert le moyen de se faire payer, au Restaurant du Peuple, des bols de nouilles, voire un bol de nouilles aux trois saveurs, délices sans pareil et beaucoup trop cher pour que les gens puissent se les offrir souvent. La Chine de Mao nourrit tout son monde, mais il n’y a pas de place pour le luxe. Yu Hua n’en est pas à son premier roman traduit en français. La mode de la Chine grâce aux jeux Olympiques développe la curiosité et le fait connaître. Quoi qu’il en dise, Yu Hua est un écrivain de sagas: ses personnages et son scénario lui servent à décrire tout un monde et son évolution.Dans le cas de Brothers («Les frères», en anglais), on va des quelques années ayant précédé la Révolution culturelle jusqu’à ces toutes dernières années, quand la Chine, ou du moins les provinces côtières, entre dans le libéralisme le plus débridé.Deux enfants deviennent frères par le mariage de leurs parents: un mariage bien simple puisque en guise de grands frais, les mariés se contenteront de graines de courge et d’un costume Mao neuf chacun. Quel étonnant système politique qui à l’époque tient 900 millions de personnes hors de la misère mais très pauvres quand même, avec des types de consommations quasi identiques, quel que soit le rang social. La nouvelle famille va vivre le meilleur puis le pire dans la Révolution culturelle, un épisode de férocités sans nom. Yu Hua les décrit comme si elles n’étaient que des banalités.Comme on s’en doute, les deux frères vont avoir un parcours opposé. L’un saura très bien se tirer d’affaires et engranger une fortune colossale (c’est celui qui avait trouvé le moyen de se faire offrir des bols de pâtes en jouant sur la lubricité des mâles «de notre bourg de Liu» -mais laissons le lecteur découvrir par quel stratagème!-). L’autre c’est le bon élève, bon ouvrier, bon mari. Il va rater le tournant capitaliste pris par la Chine et il aura de plus en plus de mal à survivre. Il devra souvent se couvrir de ridicule pour y parvenir. Son frère aussi se couvre de ridicule, mais, à lui, nul n’osera le dire: il est bien trop riche!Toutes les valeurs, ancestrales ou communistes, semblent avoir disparu de la surface de la Chine. Il n’y a plus qu’un but, l’argent et le «m’as-tu-vu-isme» qu’il détermine.L’auteur conte sa saga avec humour et détachement. Fort heureusement les traducteurs ont prévu d’abondantes notes pour expliquer, à un lecteur de ce côté-ci de la planète, les arcanes de la culture et des habitudes chinoises.N. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc