×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'islamophobie aux Pays-Bas critiquée devant l’ONU

Par L'Economiste | Edition N°:2757 Le 16/04/2008 | Partager

. Les musulmans de plus en plus victimes d’intolérance. Le gouvernement rejette le message du film «Fitna»LES musulmans vivant aux Pays-Bas sont de plus en plus victimes d’intolérance et le gouvernement devrait combattre davantage les discriminations, ont dénoncé hier des ONG devant le Conseil des droits de l’homme de l’Onu à Genève. «Cela se produit dans tous les domaines de la vie publique: au travail, dans les écoles et aussi dans les établissements comme les cafés, les restaurants et les milieux sportifs», ont-ils relevé dans un rapport remis au Conseil lors de l’examen de la politique des droits de l’homme des Pays-Bas. Pour les ONG, il existe «un manque d’intérêt au niveau gouvernemental pour des études approfondies et des analyses des conséquences de ces stéréotypes, de même que pour assurer la mise en place de lois garantissant les principes de non-discrimination».Le gouvernement des Pays-Bas a rejeté ces accusations, affirmant pour sa part «qu’une réelle interaction entre les gens de différentes origines aidera à combattre la discrimination et l’islamophobie dans le pays».«Respecter la liberté des musulmans à pratiquer leur religion est un thème clé des politiques d’intégration et correspond à une longue tradition de liberté de religion aux Pays-Bas», a indiqué le ministre néerlandais de la Justice, Nebahat Albayrak, devant le Conseil des droits de l’homme. L’intégration des communautés musulmanes est un sujet de débat croissant aux Pays-Bas ces dernières années, particulièrement depuis l’assassinat du réalisateur Theo van Gogh par un musulman extrémiste en 2004, après la diffusion de son film critiquant le traitement des femmes par l’islam. Un autre réalisateur, Geert Wilders, a ranimé la controverse en produisant cette année «Fitna», un film qui présente des images des attaques terroristes de New York et de Madrid couplées à des versets du Coran. Le ministre de la Justice a souligné devant le Conseil que son gouvernement «rejette vivement le message du film».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc