×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Lingerie: Trois marques à l'assaut de «Triumph»

    Par L'Economiste | Edition N°:494 Le 27/04/1999 | Partager

    · Wonderbra, Playtex et Cacharel entrent en lice
    · La carte Wonderbra change de main
    · 15 points de vente la première année


    «UN Wonderbra, c'est un soutien-gorge qui permet d'avoir, pour celles qui ont des poitrines menues, un décolleté pigeonnant avec ce fameux creux si séduisant», explique M. Jean-Paul Garat, directeur général de «Le Chariot», une société de distribution de cosmétiques(1) et aujourd'hui de lingerie aussi. C'est également un modèle difficile à imiter, puisqu'il est composé de 42 pièces, assure-t-il. D'ailleurs, le top model Eva Herzigova, l'égérie de Wonderbra, a contribué à rendre célèbre ce décolleté pigeonnant à travers le monde. Aujourd'hui, c'est une autre blonde qui l'a détrônée, la non moins célèbre Adriana Karembeu qui, rappelons-le, a été le mannequin vedette de Caftan 98.

    Enjôleuses


    La carte Wonderbra était déjà représentée au Maroc, mais aujourd'hui elle a changé de main. Désormais, c'est la société Le Chariot qui la détient. Avec deux autres marques supplémentaires appartenant toutes les trois au même groupe, Sara Lee possède aussi Dim, Champion...
    Il s'agit de la marque Playtex, celle du fabricant du fameux Coeur Croisé, «le soutien-gorge le plus vendu actuellement dans le monde» et la gamme de lingerie Cacharel.
    Avec ce trio complémentaire, M. Garat espère coller le plus à la mode. Wonderbra pour les séductrices et les enjôleuses, Playtex pour des femmes d'âge mûr à la recherche de maintien et de confort et Cacharel pour toutes les nymphettes jeunes et branchées qui suivent la tendance. «C'est un marché en plein boom», souligne M. Garat. D'une consommation annuelle de trois parures, le marché a grimpé en 5 ans à 10 parures, rappelle-t-il. De plus, la tendance lingerie prend de plus en plus d'ampleur avec l'avènement des microfibres qui entrent maintenant dans sa composition. Les matières sont très souples et les dessous se portent dessus comme des tops ou des hauts de maillots.
    La société est aujourd'hui en cours de négociation pour l'obtention de la représentation de la marque Princesse Tam-Tam.
    D'autre part, M. Garat compte commencer avec 15 points de vente: un à Fès, un à Marrackech, un à Tanger, deux à Agadir, cinq à Rabat et cinq à Casablanca. Ces derniers n'ont pas encore été sélectionnés en raison de la prépondérance de la marque Triumph, la seule carte maîtresse de la lingerie au Maroc.
    Dans ces magasins, un présentoir Playtex (36.000 DH) de deux mètres entièrement en bois, exposera les références des trois marques. Les dépositaires agréés auront un sticker sur la vitrine annonçant la représentation des marques. En outre, pour éviter toute confusion, les affiches publicitaires incluront la liste exhaustive des représentants.
    Le prix d'une parure varie entre 300 et 500 DH. Pour justifier ces montants, M. Garat explique que la structure classique du prix dans le marché du luxe est un coefficient de 5,2 (comprenant droits de douane, transport etc...) Le chiffre d'affaires attendu pour l'année d'implantation serait de 4,5 millions de DH. Et il compte porter le nombre de points de vente à 30 maximum.

    Radia LAHLOU


    (1) Il représente les parfums Salvador Dali et la marque de cosmétiques Arcancil.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc