×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'immobilier subira des «corrections douloureuses»

Par L'Economiste | Edition N°:2748 Le 03/04/2008 | Partager

. Particulièrement en Grande-Bretagne, en Espagne et en Irlande. La France fait preuve d’une «bonne résistance»LE secteur de l’immobilier en Europe va subir des «corrections sévères et douloureuses», particulièrement en Grande-Bretagne, en Espagne et en Irlande, alors que la France pourrait mieux s’en sortir, estime l’agence Standard and Poor’s (S&P) dans une étude parue hier. Ces quatre pays ont tous connu un boom spectaculaire pendant plusieurs années tant sur le plan de la construction que de l’explosion des prix.La Grande-Bretagne traverse «trois chocs simultanés»: un choc des prix, le prix moyen d’une maison représentant désormais 3,4 fois le revenu annuel d’un ménage. Un choc lié aux tensions sur le marché du crédit où les taux d’intérêt ont augmenté, et à la prudence des acheteurs liée au ralentissement de l’économie britannique. Or le secteur de l’immobilier britannique est entré dans une phase de moindre croissance depuis la fin 2007. «La longue période faste se termine», estime Jean-Michel Six, économiste chez S&P, qui prédit des prix stables en moyenne pour 2008 et une «modeste» hausse de 4% fin 2009, liée à une pénurie d’offre et à une baisse des taux d’intérêt. En Espagne, l’évolution du marché a pris «un tour dramatique». Tandis que les prix en janvier ont augmenté de 4%, les ventes ont chuté de 27% alors que la construction a atteint encore le chiffre record de 650.000 logements en un an. Aussi Jean-Michel Six prévoit un «retournement brutal» du secteur de la construction, qui représentait en 2007, 10% du produit intérieur brut. En Irlande, l’agence prévoit que les prix baisseront de 6% cette année et resteront stables en 2009, avec un ralentissement des mises en chantier et des emprunts, ce qui pourrait peser sur l’ensemble de la croissance économique. Seul le marché de l’immobilier en France fait preuve d’une «bonne résistance», estime Six, qui n’attend cependant «pas de croissance des prix dans l’ancien cette année».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc