×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Libéralisation: Quatre compagnies créent leur base statistique

    · Un tournant décisif pour le secteur

    Par L'Economiste | Edition N°:443 Le 15/02/1999 | Partager

    Quatre compagnies d'assurances ont décidé de constituer une base statistique commune. Le travail qui est mené par la RMA, Al Wataniya, Wafa Assurance et la Sanad, pour préparer l'échéance de la libéralisation, constitue un tournant décisif dans l'histoire des assurances au Maroc.

    Le secteur des assurances est, pour la première fois, capable de calculer ses propres tarifs établis selon ses propres statistiques. C'est le principal enseignement que l'on peut tirer du projet de création d'une base statistique commune entre Al Wataniya, la RMA, Wafa Assurance et la Sanad. Pour l'heure, le travail s'est limité à trois branches dont les tarifs sont homologués: l'accident du travail (AT), l'assurance maritime et l'assurance-incendie. En revanche, la branche automobile, dont la libéralisation est prévue en 2001, n'est pas à l'ordre du jour. "En fait, pour l'automobile, il existe une orientation pour tout le secteur. C'est la statistique marché qui doit prévaloir pour calculer le tarif prime pure", explique M. Jaouad Kettani, administrateur directeur général de Wafa Assurance.
    L'idée de créer une base statistique commune remonte à 1997. Né sur une proposition d'Al Wataniya, le projet avait été soumis à plusieurs compagnies, mais seules trois sociétés l'ont jugé intéressant. Le fait de rendre communes les données de plusieurs compagnies présente un avantage certain. D'abord celui de pouvoir répondre aux lois de la probabilité qui figurent normalement au coeur des activités d'assurances: "Les tarifs calculés en matière d'assurance ne sauraient être significatifs si la taille de l'échantillon étudié se situe en dessous d'un certain seuil", explique M. Abdellatif Tahiri, directeur général de la Sanad. Les actuaires estiment généralement qu'une population est significative à partir de 72.000 individus.

    25.145 polices/années


    Pour l'heure, les travaux sont achevés pour l'AT. "Nous avons préféré commencer par l'AT, car nous avons estimé qu'il s'agit, d'une branche dont les paramètres sont plus facile à mettre en place", affirme M. Badre Eddine Belghiti, directeur Technique et des Marchés à Al Wataniya. Pour l'AT, il a fallu compiler les données se rapportant à 25.145 polices années (contrats annuels). Ce qui donne une ampleur importante aux travaux en cours. L'assurance maritime constituera la prochaine étape. En revanche, en matière d'assurance incendie, une branche dont le tarif est connu pour sa difficulté, le chantier pourrait prendre beaucoup plus de temps. D'ailleurs, les périodes d'observation retenues pour chaque branche, dix ans pour l'incendie contre cinq ans pour l'AT et la maritime, peuvent donner une idée sur leurs difficultés spécifiques. " De toutes les manières, il fallait mener ce travail pour éviter toute redondance. Surtout que la coassurance reste fortement présente en matière d'assurance-incendie", indique M. Kettani.
    En fait, la liberté tarifaire implique le développement d'un véritable système d'information tant au niveau de la FMSAR que des compagnies d'assurances. La convention fixant les conditions de la libéralisation des tarifs d'assurances, signée au mois de décembre 1997, entre le Ministère des Finances et le secteur, a prévu des dispositions précises là dessus. Auprès du groupement des assureurs, l'on précise que l'échéance du 1er octobre 1999 (dernier délai prévu par la convention, voir aussi encadré) sera respectée et ce, en dépit des retards qu'a connus la transmission de données par certaines compagnies. "En réalité, la base statistique marché est opérationnelle pour la branche automobile. En principe, nous serions à même de calculer les tarifs primes pures dans trois ou quatre mois", souligne M. Ali Boughaleb, chargé de mission auprès de la FMSAR.


    Les statistiques vues par la convention FMSAR/MEF


    La convention fixant les conditions de libéralisation des tarifs d'assurances (AT, automobile, maritime et incendie) signée en 1997, entre la FMSAR et le Ministère des Finances, a consacré plusieurs articles à la question des données statistiques. En voilà un aperçu:

    · Article 3: Tarif de l'assurance incendie
    Il sera libéralisé en l'an 2000.
    Dans l'intervalle, le tarif actuel homologué restera en vigueur et à la libéralisation, chaque entreprise d'assurances disposera de son propre tarif établi selon ses propres statistiques ou selon des statistiques globales du marché, permettant le calcul des primes pures.

    · Article 4: Tarif de l'assurance facultés et corps maritime
    Il sera libéralisé en l'an 2000.
    Dans l'intervalle, le tarif actuel homologué restera en vigueur et à la libéralisation, chaque entreprise d'assurances disposera de son propre tarif établi selon ses propres statistiques ou selon des statistiques globales du marché, permettant le calcul des primes pures.
    L'avenir du Comité marocain de tarification de l'assurance maritime et transport devra être revu en fonction de cette nouvelle situation.

    · Article 5: Tarif de l'assurance accident du travail
    Il sera libéralisé en l'an 2000.
    Dans l'intervalle, le tarif actuel homologué restera en vigueur et à la libéralisation, chaque entreprise d'assurances disposera de son propre tarif établi selon ses propres statistiques ou selon des statistiques globales du marché, permettant le calcul des primes pures.

    · Article 7: L'engagement de la Fédération
    "La Fédération Marocaine des Sociétés d'Assurances et de Réassurances doit se doter de structures permanentes de collecte et de traitement des statistiques de toutes les branches avant le 31 décembre 1998, afin d'être en mesure de calculer les primes pures et les mettre à la disposition de ses membres avant le 1er octobre 1999", dispose la convention dans son article 7 relatif à la gestion des tarifs.
    Les entreprises d'assurances s'engagent à mettre à la disposition de la Fédération Marocaine des Sociétés d'Assurances et de Réassurances toutes les données statistiques nécessaires au plus tard le 31 décembre 1998.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc