×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

L'Homme sur Mars, un rêve prend forme

Par L'Economiste | Edition N°:612 Le 08/10/1999 | Partager

· Des équipes s'entraînent à vivre plusieurs semaines dans les conditions d'un voyage spatial, en recyclant l'eau et l'atmosphère consommées

L'Homme posera le pied sur Mars au début du siècle prochain. Seule reste à fixer la date du premier voyage, selon l'avis d'experts réunis le week-end dernier au prestigieux Massachussetts Institute of Technology (MIT), dans la banlieue de Boston. "Nous pourrions être sur Mars dans dix ans", a lancé Robert Zubrin, le président de la Société de Mars.
La Nasa, plus prudente, table plutôt sur 2014 ou 2020. Dans leur sillage s'engouffrent ceux qui pensent à l'exploitation de la planète rouge ou même à des voyages touristiques vers l'astre. Et déjà sur Terre les préparatifs vont bon train. M. Zubrin, ancien ingénieur du groupe aéronautique et spatial Lockheed Martin, a rappelé qu'il comptait lancer son premier vaisseau automatique vers Mars dès 2005. Une fois posé, il permettra notamment de fabriquer, à partir du gaz carbonique de l'atmosphère, le carburant nécessaire pour faire décoller la capsule qui ramènera les astronautes sur Terre. "L'utilisation des ressources locales rend la mission, non seulement bon marché, mais également efficace", a-t-il expliqué. Deux ans plus tard, en 2007, le premier équipage volera vers Mars.
Quant à la Nasa, elle prévoit d'envoyer, au plus tard en 2016, un véhicule composé lui aussi d'une usine de production de carburant et d'un véhicule pour le retour. Un premier équipage serait lancé en 2018 et un second en 2020. Chaque trajet durerait quatre à cinq mois et le séjour sur la planète un an et demi. Un prototype du moteur ionique qui permettra le voyage, mis au point par l'astronaute-ingénieur Franklin Chang-Diaz, propulse déjà dans l'espace la sonde Deep Space 1. Il suffit de créer un modèle plus puissant, mais "il n'y a pas de difficultés techniques", selon l'ingénieur.
Par ailleurs, au Centre spatial Johnson à Houston (Texas), des équipes s'entraînent dans une pièce hermétique à vivre plusieurs semaines dans les conditions d'un voyage spatial, recyclant l'eau et l'oxygène consommées.
Enfin, les cosmonautes et astronautes, qui ont réalisé de longs séjours à bord de la station orbitale russe Mir, ont prouvé que l'homme pouvait vivre en apesanteur sans conséquences pour l'organisme à condition de prendre certaines précautions comme faire de la gymnastique.
Il restait à apprendre à travailler sur Mars: des équipes se relaient désormais chaque été au fond du cratère de météorite Haughton, situé dans l'Arctique sur l'île Devon. Même panorama désertique et caillouteux que sur la planète rouge, même permafrost à creuser, roches similaires à identifier, bactéries ou fossiles cachés au sein des pierres, ce cratère offre "tout ce qui peut servir à la recherche sur Mars", a dit le responsable du programme, Pascal Lee, du Centre de recherches Ames de la Nasa en Californie.
L'été prochain, l'équipe de chercheurs habitera même dans l'habitacle prévu par Robert Zubrin pour ses expéditions sur la planète, une expérience menée en commun par la Nasa et la Société de Mars.
L'aventure humaine sur Mars est très coûteuse et nécessitera certainement une collaboration internationale et la participation des industriels, ont reconnu la plupart des intervenants.
"Le secteur privé doit mener, mais le gouvernement doit participer", a estimé de son côté le deuxième homme à avoir posé le pied sur la Lune, Buzz Aldrin. A la tête de sa société Starcraft Enterprises, il rêve de développer les voyages spatiaux pour monsieur tout le monde.
"Le tourisme spatial est la clé pour ouvrir la frontière de l'espace", selon lui. Et de prévoir sa première croisière vers la planète rouge à bord du vaisseau Mars Cycler en 2015 ou 2020.

(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc