×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    L'expérience internationale de Penn State University : Formation continue: Le nouveau créneau de l'université

    Par L'Economiste | Edition N°:181 Le 25/05/1995 | Partager

    Aux Etats-Unis, la formation continue conditionne la survie de l'éducation académique et tend à être dispensée de plus en plus par l'université. Penn State University développe aussi des programmes à l'étranger.


    "Les grands défis qui se posent aujourd'hui au monde du travail sont l'amélioration de la qualité et l'accroissement de la productivité, en travaillant plus intelligemment et pas plus dur", affirme le Pr Kopp, de Penn State University. Or, ces deux éléments sont conditionnés par l'acquisition et l'utilisation des connaissances, dont la base est multipliée par 2 tous les 7 ans, d'après le Dr Kopp. Pour un ingénieur par exemple, la moitié de la base de ses connaissances cumulées au moment de l'obtention de son diplôme serait obsolète au bout de 5 ans. En informatique l'espérance de vie des connaissances n'excéderait pas 18 mois à 2 ans. Les durées de vie (sans formation continue) des diplômes se réduisent, et ce dans toutes les disciplines...

    Deux éminents experts américains de Penn State University (P.S.U.) ont animé une conférence-débat, le 19 mai à Casablanca, sur le thème "Formation continue, facteur de développement", devant une assistance d'hommes d'affaires et de responsables de ressources humaines. Le Dr James Ryan, vice-président de P.S.U. et doyen de son Département de Formation Continue et Enseignement à Distance; le Dr W. Lamarr Kopp est quant à lui vice-président adjoint pour les Programmes Internationaux de P.S.U., tout en y étant titulaire d'une chaire d'allemand et de littérature comparative. Après conclusion d'un accord de partenariat avec une université turque, ils ont effectué un détour par le Maroc, sur invitation de AMIDEAST. Une visite qui s'inscrit parfaitement tant dans la stratégie de l'université américaine d'élargir ses contacts dans le monde, de plus en plus dans les pays en développement, que dans l'intérêt du projet Training For Development dont AMIDEAST est promoteur.
    En matière de formation continue, P.S.U. est l'un des leaders mondiaux, recevant 170.000 participants par an provenant de tous les Etats-Unis et de 51 pays.
    "Par ailleurs, poursuit le Dr Kopp, la société (américaine) se caractérise par d'importantes mutations du marché du travail: "deux tiers de la population active actuelle aura conservé son emploi dans 5 ans. Le changement fréquent de carrière est une donnée dont la formation doit impérativement prendre compte: de nos jours un diplômé change de profession en moyenne 5 à 7 fois au cours de sa vie".

    L'université, par son activité de recherche, est une des principales sources de profusion du savoir. Comme elle est en même temps un foyer de formation "supérieure", il est logique qu'elle cherche à s'octroyer une mainmise sur la formation continue, et aujourd'hui elle étend de plus en plus ses activités à ce domaine. "Aux Etats-Unis les universités satisfont 6 à 7% de la demande en formation continue, précise le Dr Kopp. Le budget global des entreprises américaines consacré à la formation continue est de 210 milliards de Dollars par an".
    Récemment, le Dr Kopp a visité les 10 plus grandes firmes américaines. "Toutes estiment que leur survie dépendra de leurs investissements stratégiques en ressources humaines et par conséquent en formation continue". Nombreuses sont les entreprises américaines qui ont acheté et fait installer dans les domiciles de leurs cadres des systèmes d'enseignement par satellite fonctionnant 24 heures sur 24.
    La technologie de l'enseignement par satellite est devenue partie intégrante de la formation continue aux Etats-Unis. Cette révolution des techniques de l'information et de la communication à distance est d'ailleurs aussi mise à profit dans l'exercice de la profession elle-même: "12% de la population américaine ne se rend pas au bureau pour travailler, opérant à domicile ou sur des chantiers... Ce chiffre passera à 30% d'ici l'an 2000".

    Le Maroc, en faisant ses premiers pas vers l'utilisation de la technologie Internet pourrait profiter de la formation continue à distance, notamment en partenariat avec P.S.U.
    En développant des relations de partenariat avec des universités étrangères, que ce soit pour la recherche ou pour la formation, P.S.U. oeuvre pour la qualité des ressources humaines à l'échelle de la planète et a aussi des avantages à en tirer. "Une manière d'internationaliser l'enseignement et le corps enseignant de l'université dans les deux sens. Les élèves de l'université seront les citoyens du 21ème siècle qui est un siècle d'interdépendance, dit le Dr Ryan. Nous cherchons également de plus en plus à envoyer nos étudiants en formation à l'étranger (20% d'ici l'an 2000), et nous formons tous nos étudiants à penser de façon universelle. Un des objectifs des programmes internationaux est d'ouvrir l'esprit des Américains vers le monde, les amener à prendre conscience du fait qu'ils se trouvent dans un village mondial, à cesser de penser qu'ils appartiennent à une nation supérieure".

    Bouchra LAHBABI.



    Penn State University


    La prestigieuse Penn State University, institution étatique, 39.000 étudiants à plein temps, est considérée comme l'une des plus grandes universités de recherche du monde. Ses points forts sont le génie civil, le génie nucléaire, l'informatique, les sciences minéralogiques et généalogiques, les sciences de l'agriculture ainsi que le domaine biomédical où elle a acquis une renommée particulière. Avec un budget recherche annuel de 300 milliards de Dollars par an, elle est classée en 8ème position parmi toutes les autres universités américaines. Elle vient en 2ème position concernant la recherche pour le compte d'entreprises privées, dont elle reçoit annuellement 60 millions de Dollars de fonds. "Le terme "université" contient le sens "universel", souligne le Dr Ryan. Jouant pleinement le rôle que lui attribue sa définition complète, notre université rend un service d'éducation aussi bien aux jeunes gens qu'au monde. Ainsi, outre ses relations avec les entreprises américaines, elle réalise des programmes de recherche et de coopération avec soixante pays".


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc