×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L'espace Schengen accueille 9 nouveaux membres

    Par L'Economiste | Edition N°:2495 Le 29/03/2007 | Partager

    . Fin des contrôles aux frontières terrestres en décembre 2007Le Portugal a remis, le 28 mars à Lisbonne, à neuf des dix Etats qui ont rejoint l’Union européenne (UE) en 2004 un système informatique qui permettra leur intégration à l’espace de libre circulation des personnes, dit espace Schengen. L’abolition des contrôles aux frontières terrestres se fera dès décembre 2007. L’outil informatique, «SISone4all», a été remis à l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République tchèque, la Slovénie et la Slovaquie. Ce système, développé par le Service des étrangers et des frontières portugais et l’entreprise portugaise Critical Software, va permettre aussi la suppression des contrôles aux frontières aériennes en mars 2008. Il s’agit d’une adaptation du Système d’information de Schengen (SIS) condition préalable à l’abolition des frontières intérieures. Il permet aux postes de frontière, aux autorités policières et aux agents consulaires des Etats adhérents à l’espace Schengen, de disposer de données sur les personnes signalées, les objets ou véhicules recherchés. Le SIS n’a cependant pas de capacité pour fonctionner avec plus de 15 pays et une deuxième version sera opérationnelle en 2008. La nouvelle application informatique permet à l’Union européenne de créer un ample espace «de libre circulation et de sécurité» en respectant le calendrier prévu. L’espace Schengen compte actuellement les 15 «anciens» membres de l’UE moins le Royaume-Uni et l’Irlande, plus la Norvège et l’Islande. La République de Chypre n’est pas partie prenante dans le SIS.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc