×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les vannes du FODEP s'ouvrent

    Par L'Economiste | Edition N°:309 Le 18/12/1997 | Partager

    Un fonds pour la dépollution industrielle est mis en place avec un don allemand de 18 millions de DM. La gestion financière est confiée à la CCG. Les banques sont associées à cette opération pour l'évaluation financière.


    Le Département de l'Environnement s'apprête à lancer une vaste campagne de communica-tion auprès des entreprises. Objectif: vulgariser les modalités de financement de la dépollution industrielle. Un fonds de 18 millions de Deutschmarks (100 millions de DH), baptisé FODEP, est accordé par la KFW, une institution allemande de développement. M. Abdelaziz Méziane Belfquih, ministre de l'Agriculture, de l'Equipement et de l'Environ-nement, a donné le signal de départ lors de la cérémonie de signature: «Le temps de l'action est arrivé». «Les industries propres deviennent un élément essentiel de la compétitivité». Il considère que la protection de l'environnement perçue sous l'angle d'un «luxe écologique» pour céder la place à une vision qui l'inscrit comme une nécessité du développement économique.
    Le secteur privé industriel via la CGEM désignée comme «une bande de pollueurs» a été associé à cette opération.

    L'affectation de ce don allemand, qui sera garanti par l'Etat marocain, s'effectuera en deux parties. La première de 1,5 million de DM (9 millions de DH) servira à financer les mesures d'accompa-gnement destinées à appuyer le Département de l'Environnement et couvrir les frais de fonction-nement d'une cellule spécialisée dans la dépollution industrielle.
    Le reste de l'enveloppe, soit 16,5 millions de Deutschmarks, est constitué de deux mécanismes: le FODEP d'un montant de 8,5 millions de DM servira à accorder des dons, le FOCRED 8 millions de DM est destiné à lui fournir des crédits à long terme.

    Systèmes combinés

    Les critères d'éligibilité seront affinés dans le détail avec le Ministère de l'Environnement. Mais les projets d'investissement doivent répondre aux normes et aux standards en cours de préparation au Ministère.
    Sur le plan financier, le coût du projet de dépollution de chaque entreprise peut atteindre 30 millions de DH au maximum. Il sera financé par le FODEP à hauteur de 80%, les 20% restants doivent être couverts par les fonds propres.
    Mme Doris Köhn, chef de la Division du Maghreb à la KFW, distingue deux types de projets pouvant bénéficier de ce fonds. Ceux dits «d'aide on pipe» (intervenant à la fin du processus de production comme l'exemple d'une station de traitement des eaux usées) bénéficieront d'un don pouvant aller jusqu'à 40% de l'investissement. Le crédit à moyen ou à long terme (5 à 10 ans) varie entre 20 et 40%, au taux du marché avec un différé sur une période de 3 ans. Les 20% restants proviennent des apports propres de l'opérateur.

    Pour les projets dits «intégrés» (permettant en plus de la dépollution un gain de la productivité), les modalités de financement sont légèrement différentes: un don de 20%. Le même pourcentage pour le montant des apports propres. Quant au crédit, il varie de 20 à 60%.
    La gestion financière est confiée à la CCG dont les tâches essentielles seront de recevoir les fonds en provenance de la KFW, répondre aux appels de fonds des banques et suivre le remboursement des crédits et leur affectation à la facilité «don» pour appuyer de nouveaux projets de dépollution.
    La procédure d'octroi de ce financement transite par plusieurs étapes. L'opérateur présente un projet de dépollution industrielle à la Cellule FODEP du Département Environnement qui évalue techniquement le dossier. Quant à l'étude financière, elle sera faite par la banque qui permet ainsi de s'assurer sur la solidité de l'entreprise.

    Mohamed CHAOUI


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc