×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les USA présentent aujourd'hui leurs preuves d'inculpation de l'Irak

Par L'Economiste | Edition N°:1452 Le 05/02/2003 | Partager

. Ces preuves sont des photographies par satellite et des conversations interceptées entre responsablesAujourd'hui, Colin Powell, le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères américains, devrait présenter au Conseil de sécurité les preuves de culpabilité de l'Irak. Ces éléments concernent les programmes d'armement de l'Irak qui serviront les USA à la poursuite des inspections par les spécialistes en désarmement, a déclaré hier mardi le ministère russe des Affaires étrangères. La remise des preuves «confirme la nécessité de la poursuite du travail des inspecteurs internationaux«, a déclaré le porte-parole du ministère Alexandre Iakovenko dans un communiqué. A noter que Powell s'est déjà rendu hier mardi à New York pour des entretiens bilatéraux avec certains des ministres des Affaires étrangères. Washington compte utiliser la présentation de ces éléments par Powell pour convaincre la communauté internationale de la nécessité d'utiliser la force contre l'Irak. Ainsi, le secrétaire d'Etat américain montrera des photographies par satellite et des conversations interceptées entre responsables irakiens pour étayer les preuves de détention d'armes de destruction massive par l'Irak. Selon un responsable ayant requis l'anonymat, Powell devrait commenter -et peut-être projeter- des images de ce qui est censé être des laboratoires mobiles d'armes biologiques.La présentation d'aujourd'hui pourrait s'avérer déterminante pour les Etats-Unis qui tentent de persuader des alliés hésitants, notamment la France, la Russie et la Chine, que l'Irak a manqué à ses engagements. Il s'agit aussi de prouver que l'Irak n'a pas renoncé à ses programmes chimiques, biologiques et nucléaires et qu'une intervention militaire est justifiée.Rappelons que le Président George W. Bush a menacé l'Irak de prendre la tête d'une coalition pour lancer une intervention militaire si Bagdad ne renonçait pas aux programmes d'armes interdites qu'il aurait en cours.En effet, l'administration américaine, qui estime être dans la «phase finale« diplomatique avant une éventuelle entrée en guerre, estime que Saddam Hussein dispose d'un certain nombre de «semaines, pas de mois« pour se conformer aux exigences du Conseil de sécurité.De son côté, le Premier ministre britannique Tony Blair a tenté hier mardi à Touquet de convaincre le Président français Jacques Chirac de soutenir sa proposition d'une seconde résolution du Conseil de sécurité de l'ONU visant à autoriser une action militaire contre l'Irak. Officiellement, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, la France «se réjouit« de la réunion de l'ONU du 5 février . Reste que la justification d'une guerre américano-britannique présente «une vision du monde extrêmement dangereuse«, commente une source informée française. «Blair accélère le pas, mais il ne contrôle pas le dispositif de guerre«, commente-t-elle.(AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc