×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Les trois modèles de diffusion du savoir

    Par L'Economiste | Edition N°:645 Le 24/11/1999 | Partager



    · Les progrès technologiques requièrent un nouveau savoir et de nouvelles compétences
    · Il y a un manque évident de modèles de création et de diffusion du savoir dans l'entreprise


    · Trois concepts épistémologiques aident les managers à mieux diffuser le savoir: "L'autoréférence", "le langage" et "l'autosimilarité"
    Les managers modernes prennent de plus en plus conscience de l'intérêt de certains nouveaux concepts, comme les entreprises "ouvertes à l'apprentissage" ou le rapport "employé/savoir". Toutefois, il y a un manque évident de modèles ou de schémas de création et de diffusion du savoir dans l'entreprise. L'épistémologie est l'étude scientifique du processus de création du savoir. Elle peut être utile pour l'accélération du rythme de développement et de diffusion de l'information dans l'entreprise. Les trois concepts épistémologiques applicables à l'entreprise sont:

    1- L'autoréférence: Chacun de nous a son propre système de référence qui est responsable de la cohésion ou de la confusion dans un groupe de travail. Ces systèmes sont strictement individuels et personne ne peut exercer son autorité pour imposer tel ou tel modèle; ce doit être un effort volontaire de la part des employés.

    2- Le langage: C'est le processus de création d'un nouveau sens
    et le partage des systèmes de référence par le biais du langage.

    3- L'autosimilarité: Elle signifie que les mêmes modèles de base sont employés à différents niveaux de l'entreprise (individus, groupes, unités stratégiques). C'est l'aspect le plus important du processus de développement du savoir et des systèmes de management.

    Le langage en tant que ressource stratégique


    Il est évident qu'en l'absence d'une langue commune le savoir ne pourrait être transmis et diffusé au sein de l'entreprise. Il est également clair que, lorsque les individus parlent différentes langues, la communication passe difficilement.
    Toutefois, les personnes créent constamment, en raison de leur système d'autoréférence, un nouveau langage et de nouvelles significations, même s'ils emploient la même langue. La création du savoir, qui est la capacité de "concevoir" un nouveau langage et de le diffuser rapidement à travers l'entreprise, est un avantage stratégique certain.

    Management simple et travail complexe


    Les entreprises modernes bouleversent radicalement les règles du management instaurées par Frederick Taylor. Les groupes de travail sont autonomes; ils décident d'eux-mêmes quand et comment il faut exécuter les commandes. Les employés sont multifonctionnels; ils peuvent participer à différentes équipes et unités de travail. Ces changements sont un véritable cauchemar pour les managers d'aujourd'hui.
    Les politiques productives d'un côté peuvent se révéler destructives de l'autre. Dans les cas extrêmes, les plans d'actions et les politiques spécifiques diffèrent d'un employé à l'autre. Pour tout manager traditionnel, cet état de choses s'apparenterait plus à l'anarchie, voire au chaos.
    Le manager new-style cherche l'ordre au-delà du désordre apparent. Il observe les modèles répétitifs dans la nature. Lorsque les modèles ou les processus se répètent à différents niveaux à l'intérieur d'un même système, ils sont appelés "autosimilaires". Ces méthodes sont inspirées de la théorie du chaos.

    Si une entreprise parvient à simplifier ses systèmes de management afin que le même processus de prise de décisions soit observé par les individus, les équipes, les unités de travail et le management, alors les limites artificielles à la taille et à l'envergure de l'entreprise seront éliminées, c'est-à-dire qu'elle peut étirer ou rétrécir ses frontières comme elle l'entend. Elle peut en même temps accroître le nombre de ses marchés sans pour autant renforcer la complexité de ses systèmes de gestion.

    Une entreprise américaine de services financiers s'est fixé comme
    objectif l'amélioration de ses capacités de management stratégique. Elle a commencé par définir les responsabilités du management pour ensuite les simplifier sous forme d'un petit nombre de fonctions fondamentales, à savoir développer un nouveau savoir sous forme de nouvelles options; déterminer les plus pertinentes et les mettre en pratique. Ce modèle est appliqué à tous les niveaux de l'entreprise: les cadres moyens l'utilisent pour leurs activités quotidiennes et les contremaîtres l'appliquent à la lettre dans l'usine.
    Dans notre société de plus en plus axée sur le savoir, où les employés sont perçus comme des "travailleurs savants", le management n'est plus ce qu'il était auparavant. Nous avons tenté de donner "matière à réflexion" pour la création de nouvelles structures de management basées sur trois nouveaux concepts: le langage, l'autoréférence et l'autosimilarité. Certes, ce sont d'anciens concepts, qui font partie de l'histoire de l'humanité depuis des milliers d'années, mais ils sont toujours d'actualité.
    Ces concepts ne sont pas uniquement destinés à évaluer l'usage collectif et individuel du langage et à stimuler l'autoréférence (en revoyant notre conception du pouvoir, de la confiance et de la coopération).
    Il faudrait réfléchir sur la redéfinition du savoir et des méthodes de travail. Une chose est certaine: les managers qui ont suffisamment de courage et d'humilité pour remettre constamment en question leurs pratiques et leurs réflexions sur le management seront les plus appréciés dans l'avenir.


    En bref


    Trois importants concepts sont empruntés au domaine épistémologique. Il s'agit de "l'autoréférence", "le langage" et "l'autosimilarité".
    - L'autoréférence est basée sur l'observation de tous les jours. Chacun de nous a une expérience personnelle qui est responsable de la cohésion ou de la confusion dans un groupe de travail. Les divergences entre les individus permettent la création d'un nouveau savoir. L'autorité excessive peut tuer tout sens de l'initiative chez les employés.
    - Le langage: C'est le processus de création et de partage d'un nouveau sens et des systèmes de référence.
    - L'autosimilarité: les modèles se reproduisent à différents niveaux dans un même système. L'autosimilarité est une manière naturelle de réduire une seule forme de complexité pour donner naissance à différentes formes de complexité. Les limites artificielles de la taille et de l'envergure de l'entreprise peuvent être éliminées, ainsi le nombre des marchés sur lesquels une entreprise est présente peut augmenter de manière significative.


    Syndication Financial Times-L'Economiste
    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc