×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les syndicats font chauffer la marmite sociale

Par L'Economiste | Edition N°:483 Le 12/04/1999 | Partager

· Après la CDT, l'UGTM menace à son tour d'une grève nationale générale

· Les mouvements de grève sont annoncés sans fixation de dates

· De nombreux secteurs touchés


Changement de stratégie pour l'Union Générale des Travailleurs du Maroc (l'UGTM). Après avoir mené des actions "plus timides" que celles de ses consoeures, UMT et CDT, en 1998/99, la centrale de M. Abdrrazzak Afilal reprend de sa vivacité et lance un appel pour une grève générale nationale. Reste que la date n'a pas encore été fixée. L'annonce faite samedi dernier par le secrétaire général de la centrale vient juste après une "menace" similaire adressée au gouvernement par la CDT.
M. Mohamed Kaffi Cherrat, membre du Bureau Exécutif de l'UGTM, précise que cette grève reste conditionnée aux résultats des négociations sociales dont le démarrage est prévu pour le 16 avril. "Nous avons accordé au gouvernement une trêve de plus d'une année. La crise n'a cependant fait que se renforcer", précise M. Cherrat. Le délai de grâce de l'UGTM atteint donc son terme. Le gouvernement devra donc revoir ses cartes. En attendant, sur le terrain les mouvements dans différents secteurs prolifèrent. L'enseignement entame aujourd'hui une grève nationale de 24 heures lancée conjointement par la Fédération Autonome de l'Enseignement/UGTM et le Syndicat National de l'Enseignement/CDT. La réunion du jeudi 8 avril entre le ministre de l'Education Nationale et les membres des bureaux syndicaux des deux centrales n'a pas permis d'éviter le mouvement. Reste que les écoles et les lycées ne seront pas les seuls aujourd'hui à fermer leurs portes, puisque les Postes et Télécommunications entament eux aussi une grève de 72 heures. Le mouvement annoncé par le Syndicat National des Postes et Télécommunications/CDT constitue le troisième d'une série de protestations qui ont cumulé près de 120 heures de grèves.

Les mouvements ne s'arrêteront pas à ces seuls départements. L'Agriculture est, elle aussi, touchée par cette "fièvre sociale". La Fédération Autonome de l'Agriculture/UGTM menace "de déclencher en cette fin de semaine une grève générale de 48 heures si nos revendications ne sont pas satisfaites par le Ministère", déclare M. Brahim Zizou, secrétaire général du syndicat. Toutefois, les employés de la Sodea n'attendront pas la fixation de la date. La FNSA/UMT a lancé un mot d'ordre de grève générale des travailleurs de la Sodea pour aujourd'hui.
Pour leur part, les collectivités locales ne seront pas non plus épargnées, puisque leur syndicat menace à son tour d'une grève de 48 heures dont la date sera fixée là aussi "à la lumière des résultats des négociations collectives".
Dans tous les cas, ces mouvements risquent de ne pas être médiatisés, du moins par la RTM dont les employés entameront le 14 avril leur troisième mouvement de protestation depuis le début de cette année.

Aniss MAGHRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc