×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Les Suisses cherchent des partenariats

    Par L'Economiste | Edition N°:73 Le 01/04/1993 | Partager

    Une importante délégation économique suisse est de passage à Casablanca depuis le 27 mars et Rabat où elle séjournera jusqu'au 3 avril 1993. Elle est conduite par M. Nicolas Imboden, ambassadeur délégué du gouvernement suisse aux accords économiques, de l'Office Fédéral des Affaires Economiques Extérieures, à Berne, et par M. François Habersaat, membre du comité du "Vorort" (patronat suisse) directeur marketing-ventes de ETA S.A., Granges.

    La visite de cette délégation officielle revêt une importance particulière, dit-on dans les milieux d'affaires, puisqu'elle regroupe 18 personnes, dont des investisseurs et parce qu'elle devrait être marquée par la signature d'un accord, ces jours derniers, entre l'ambassadeur Imboden et le ministre des Finances M. Berrada en vue d'éviter la double imposition. Cet accord fera suite à celui conclu entre les deux gouvernements pour la promotion et la protection réciproque des investissements, signé en 1985 et entré en vigueur en 1991. Les activités du secteur privé entre les deux pays bénéficieront ainsi d'un excellent cadre juridique.

    Comme l'indiquait le chef de la mission suisse, les relations économiques entre les deux pays se sont constamment développées ces dernières années. Les échanges commerciaux ont progressé dans les deux sens. En dix ans, les exportations ont doublé et les importations ont progressé de 25% par an en moyenne ces deux dernières années. Les investissements suisses, surtout, ont connu une progression assez considérable, la réalisation récente d'un grand projet dans le secteur de l'industrie alimentaire (l'usine Nestlé d'El Jadida investissement 66 M FS) a contribué à cette évolution. De sorte que la Suisse peut se prévaloir de compter aujourd'hui parmi les premiers investisseurs étrangers au Maroc (en 3ème place après la France et l'Espagne parmi les pays de l'OCDE). Cette évolution marque donc la confiance des milieux suisses dans ce pays.

    Les raisons de cette visite sont d'ouvrir de nouvelles possibilités de collaboration entre les deux pays puisque "le Maroc a démontré dans les faits, et non seulement par la parole, qu'il a une politique libérale ouverte au monde", nous a déclaré l'ambassadeur Imboden,"que cette politique veut se rattacher à l'Europe et au reste du monde du point de vue économique; c'est une politique qui est identique à celle de la Suisse et qui facilite par là même nos relations avec le Maroc. Nous voulons honorer en quelque sorte cette nouvelle politique du Maroc".

    "Nous sommes entièrement ouverts pour les importations de produit de contre-saison agricole", a indiqué par ailleurs l'ambassadeur. Actuellement les supermarchés suisses regorgent de tomates marocaines. Concernant le textile, la Suisse est le seul pays en Europe qui n'a aucune restriction quantitative. Probablement c'est un petit marché, a conclu l'ambassadeur, mais un marché test: "si vous arrivez à vendre sur le marché suisse vous êtes sûrs que vous êtes compétitifs sur le marché international".

    Quinzaine belge: La culture tremplin des affaires

    En vue de promouvoir la coopération maroco-belge, la communauté française de Belgique organise une quinzaine Wallonie-Bruxelles au Maroc du 1er au 18 avril. Ce sera la continuité de la quinzaine culturelle du Maroc qui avait eu lieu a Bruxelles et Lièges en février 1992. Cette quinzaine a pour objectif de sensibiliser le Maroc sur l'existence d'une communauté francophone de Belgique, à travers la culture. L'Ambassade de Belgique à Rabat et le Consulat Général de Belgique à Casablanca, entre autres, en association avec l'Ambassade du Maroc à Bruxelles, organiseront cette quinzaine Wallonie-Bruxelles dans différentes villes du Royaume (Casablanca, Rabat, Fès, Tétouan, Oujda). La cérémonie d'ouverture aura lieu à Rabat le 6 avril courant, en présence de M. Michel Lebrun, ministre des Relations internationales de la communauté française de Belgique. Cette quinzaine se déroulera sous trois volets distincts.

    Un volet économique

    Ce volet sera centré sur "l'industrie culturelle" et en particulier l'édition. Une Foire du Livre édité en Wallonie et à Bruxelles aura lieu à Casablanca du 12 au 16 avril à l'Hôtel Royal Mansour, avec la participation de l'Association des Editeurs Belges et de certaines sociétés d'édition marocaines. Parallèlement se tiendra une exposition de produits wallons concernant notamment le domaine du textile. Dans le cadre de partenariat Europe-Maghreb, un projet d'une agence de diffusion des arts vivants pourrait voir le jour durant cette quinzaine.

    Un volet scientifique

    Des rencontres interuniversitaires Maroc-Belgique rassembleront une vingtaine de scientifiques à la Faculté des Lettres de l'Université Mohammed V de Rabat du 7 au 9 avril sur le thème "Les relations maroco belges".

    Un volet culturel

    Il sera réalisé par une cinquantaine de personnes. Des conférenciers animeront des débats sur la littérature belge d'expression française au sein des facultés de lettres, dans les librairies, écoles et centres culturels français, qui se prêteront à la cause.

    F.M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc