Affaires

Les success stories du microcrédit

Par L'Economiste | Edition N°:2915 Le 04/12/2008 | Partager

. 12 microentrepreneurs primés . La microfinance se confirme comme un levier de développement localVOLONTÉ, persévérance et challenge! Ce sont là les maîtres mots des douze primés lors des «microentrepreneurship awards 2008», tenus mardi dernier à Casablanca. La cérémonie de remise des prix, organisée par la Fondation Citi et l’association PlaNet Maroc, a été marquée par des projections filmant ces microentrepreneurs à l’oeuvre. L’auditoire a été ému par les témoignages des gagnants dont notamment les deux lauréates de la catégorie meilleures performances et de celle des meilleurs projets innovants. La première, Fatima Lahlou, est en effet un symbole de courage. Cette veuve, mère de 6 enfants, n’avait plus droit au repos depuis le décès de son mari. Elle se lève, en effet, à 4 heures du matin chaque jour pour préparer le pain avant le début de la journée de vente. Le microcrédit lui a permis de constituer une clientèle fidèle et créer 4 postes de travail. Aujourd’hui, elle rêve de créer sa propre boulangerie. Quant à Halima El Bouhali, fille de menuisier, elle a voulu ouvrir sa propre menuiserie afin de contribuer au revenu de sa famille. Mais elle s’est heurtée à des problèmes financiers et des réticences de la part de ses clients comme des fournisseurs, qui prenaient mal qu’une femme exerce un métier d’homme. Un microcrédit auprès de Zakoura MC lui a permis de disposer d’un atelier chez elle, où elle fabrique tables et chambres à coucher. Halima a d’ailleurs invité toutes les femmes qui ont des revenus insuffisants ou nuls à oser faire tous les métiers, car «il n’y a pas de métiers d’homme». Nouzha Skalli, ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, qui a pris part à cette cérémonie, a été impressionnée par les réalisations des vainqueurs. «L’initiative de Citi et PlaNet Finance Maroc contribue à lutter contre la pauvreté. Aider ces petits entrepreneurs méritants est une action louable», a-t-elle déclaré. Par ailleurs, l’optimisme exprimé par l’ensemble des microentrepreneurs a eu un écho favorable auprès de James Morrow et Brahim Benjelloun Touimi, respectivement présidents de la Fondation Citi et de PlaNet Finance qui ont tous les deux réaffirmé leur volonté de consolider davantage les capacités financières des institutions des microcrédits afin de leur permettre de répondre aux demandes émanant des individus ayant des petits projets à matérialiser. Pour eux, tous les indicateurs montrent sans équivoque que le secteur de la microfinance se confirme de plus en plus comme un levier du développement local incontournable et un élément structurant de l’économie locale qui a un impact direct sur le niveau de vie des familles des concepteurs de microprojets. A noter que la sélection des candidats a été confiée à un jury de professionnels qui a retenu 12 projets parmi 56 postulants pour six catégories. Le premier gagnant de chaque catégorie a été récompensé par un chèque de 21.000 DH, tandis que le second a reçu 15.000 DH.


1,4 million de clients

AU début des années 90, une seule ONG, Amsed, travaillait dans le secteur du microcrédit. La valeur des crédits ne dépassait pas à l’époque 500 DH. Aujourd’hui, les opérateurs sont au nombre de 12 associations de microcrédit actives qui servent plus de 1,4 million de clients. Malgré les résultats obtenus, le secteur est encore confronté à de nombreux enjeux: faire face à des problèmes de refinancement, au développement de la concurrence, aux spécificités d’un milieu rural encore très isolé, ainsi qu’à des besoins de structuration organisationnelle et informatique importants.J. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc