×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Les six âges du mâle moderne

    Par L'Economiste | Edition N°:468 Le 22/03/1999 | Partager

    · Etude comportementale sur les six âges de l'homme
    · Le bonheur parfait vient avec l'occupation et le stress
    · Moralité: Mariez-vous et ayez des enfants pour vivre heureux


    Il y a deux choses que vous devez connaître sur le sexe fort. D'abord, William Shakespeare se trompait en disant que l'homme traversait sept âges dans sa vie, car il ne passe que par six. Ensuite, l'être le plus heureux est celui qui arrive à occuper son temps tout en éprouvant un stress continu. Un homme sans occupation ni stress ne ressent pas le bonheur parfait et ses problèmes de santé se multiplient.
    Or, la plupart des hommes disposent des ingrédients nécessaires pour mener une vie prospère: 6 hommes sur 10 sont plus pris qu'ils ne l'étaient il y a cinq ans. Presque la moitié déclarent que leur vie est nettement plus stressante. Résultat: les deux tiers de la gent masculine jouissent d'un bonheur sans précédent.
    Ces observations intéressantes sont le fruit d'une étude comportementale réalisée par la société de sondage britannique Mintel, dont l'objectif était de marquer la naissance du nouveau millénaire.
    L'âge de l'amitié: Mintel a découvert la plus grande tension chez le groupe du premier âge: les célibataires de la préfamille. Ces derniers traversent une adolescence agitée: ils passent du stade de l'enfant turbulent à celui de l'écolier pleurnicheur, puis au passionné transi.
    L'amitié, comme nous l'avons constaté dans la série américaine «Friends», est fondamentale à cet âge tout comme la vie en société. Autrement dit, pour suivre ses amis il faut être bien habillé (60%), s'attarder dans les salles de bain -comme des filles- (presque 50% traînent tous les matins dans les salles de bain pendant plus de 15 minutes) et essayer les nouveaux articles de toilette (57%).
    Cela sous-entend également de boire des quantités prodigieuses de bière, soit parce que c'est une marque bien connue (44%), soit pour bénéficier de l'offre spéciale (24%), soit encore pour ingurgiter "la dose requise pour s'enivrer" (15%).
    Il n'est pas surprenant de voir que ces jeunes adolescents optent pour la lecture de magazines de mode masculine comme «Loaded» et que 47% soient enclins à passer leur temps dans les boîtes de nuit ou à s'habiller à la dernière mode.
    L'âge de la passion: Puis vient le temps des «tristes balades» et des aventures passionnelles illégitimes qui caractérisent le deuxième âge: les couples de la préfamille. L'euphorie s'ensuit (88% sont plus radieux, plus de la moitié se portent mieux et 27% déclarent que leur vie n'est plus aussi stressante).
    Cette béatitude est principalement due aux avantages nouvellement acquis à la suite de cette union (préparation des repas, nettoyage et courses). Le nombre d'hommes qui assument leur entière responsabilité pour ce genre de travaux décroît à partir de cet âge jusqu'à la fin de la vie.
    Un bon conseil pour les femmes célibataires: vivez en concubinage, ne vous engagez pas ou mariez-vous à un homme divorcé. Apparemment, les hommes donnent souvent un sérieux coup de main dans les travaux ménagers lorsqu'ils cohabitent avec des femmes ou lorsqu'ils passent par un deuxième mariage.
    L'âge des bambins: Parmi les conséquences de la vie conjugale, les sorties deviennent moins importantes. La naissance des enfants qui succède à cette étape introduit le troisième âge: celui des chefs de famille.
    Shakespeare ne tient pas compte de cette période (les descendants jouent simplement le rôle de figurant dans sa vie). Mais pour les papas modernes, leurs premières années en tant que chef de famille sont les plus bousculées et les plus étouffantes bien qu'elles soient très plaisantes (82% des hommes affirment que leur vie devient plus agréable après la naissance de leurs enfants).
    Or, toute médaille a son revers et il y a lieu aux sacrifices et aux privations: finis les exercices physiques (moins du tiers pratiquent du sport) et les régimes alimentaires sains (seuls 1/4 prennent des repas équilibrés). Les apparences sont de plus en plus négligées (1 homme sur 6 qualifie sa vie de «minable»). Les pères de famille optent en fait pour les habits durables, faciles à laver, ne nécessitant aucun entretien particulier.
    Le manque d'argent devient le souci numéro un au fur et à mesure que les enfants grandissent.
    La vie en société occupe une place secondaire (seul 1 homme sur 8 la juge importante). A cet âge, l'homme devient plus sobre et cherche des bistrots décents avec des espaces pour enfants.
    Mais plus ces derniers frôlent l'adolescence, plus ils refusent de se joindre à leurs parents et manifestent leur préférence pour les salles de jeux et les autres endroits de divertissement.
    L'âge de la reprise: Le quatrième âge, qui semble être la meilleure phase de la vie, commence lorsque les enfants atteignent les 16 ans.
    C'est l'âge d'or pour les couples (6 hommes sur 10, soit le taux le plus élevé de tous les groupes, sortent en couple régulièrement). Plus de la moitié partent aux restaurants au moins une fois par mois accompagnés de leur partenaire.
    Les problèmes d'argent s'atténuent et seuls 1/4 des hommes déclarent ne pas avoir de ressources suffisantes. L'entretien des apparences prévaut encore une fois et la quête pour les marques de qualité devient une priorité.
    La vie prend un cours plus lent avec 22% d'hommes moins actifs et 40% moins stressés. Le bonheur décline et la santé devient une affaire de première importance (6 hommes sur 10 s'inquiètent de leur état de santé).
    L'âge des lunettes: L'âge suivant commence lorsque les enfants quittent la maison et les parents entrent dans la catégorie des couples de la post-famille. Seule la moitié des hommes appartenant à ce groupe se déclarent plus réjouis. 1/4 des hommes ont connu de sérieux problèmes de santé et 12% ont subi la maladie de leur compagne.
    Le sixième âge de Shakespeare est caractérisé par «le port de lunettes» et par les autres signes distinctifs de la sénescence.
    Le jardinage et les bénévolats sont les loisirs favoris. Partir en boîte ou s'habiller à la dernière mode ne séduit que 1% des hommes.
    L'âge de la solitude: Et puis "la toute dernière scène qui met fin à cette extraordinaire histoire pleine d'aventures et d'éventualités... le retour à l'enfance", ou ce que Mintel appelle les solitaires de la post-famille. La mort guette à tout moment, avec 1 homme sur 8 ayant enterré son épouse et 1 sur 5 craignant de perdre un ami.
    La solitude les force à compter sur eux-mêmes et à apprendre à faire les travaux quotidiens de la maison. 4 hommes sur 5 cuisinent habituellement et font leurs propres emplettes (total nettement plus élevé que dans les autres groupes d'âge).
    Après avoir pris leur retraite, les solitaires de la post-famille ont tendance, plus que n'importe quel autre groupe, à passer chaque matin plus de 25 minutes dans la salle de bain.
    Plusieurs d'entre eux sont privés des accessoires de la vie moderne: pas de téléphone mobile, pas de PC, pas d'après-rasage à fine fragrance, bref rien...
    La plupart disent que leur vie est plus inerte et moins stressante et seuls 44% éprouvent plus de joie qu'auparavant (soit le score le plus faible de tous les autres groupes).
    Moralité: Si vous voulez éviter le stress, prenez votre retraite, n'ayez pas d'enfants et vivez avec vos parents. Si par contre vous avez envie de savourer le plaisir d'un vrai bonheur, mariez-vous et fondez une famille: vous aurez l'occasion de récupérer tout le temps perdu après que vos enfants aient quitté la maison.

    John Williams (Financial Times)
    Traduction: Majda BENKIRANE
    L'Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc