×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Tribune

    Les services du Trésor et les nouvelles exigences du service public

    Par L'Economiste | Edition N°:35 Le 25/06/1992 | Partager

    Dans leur mission de service public, les Services du Trésor se doivent de rechercher constamment des méthodes de gestion performantes pour répondre au mieux aux attentes de leurs partenaires (administrations, collectivités locales, entrepreneurs et fournisseurs, contribuables, déposants, souscripteurs, pensionnés... etc).

    La réussite des actions qu'ils mènent est tributaire de la recherche d'une interface régulatrice entre l'objectif de performance (le mieux possible avec le moindre coût) et le respect du code déontologique de service public.

    L'intervention tourne autour de deux axes principaux:

    1- La recherche des performances implique:

    * l'évolution des règles de droit en veillant à ce qu'il n'existe pas un décalage entre la réglementation et la réalité quotidienne, entre le texte et le contexte;

    * l'humanisation et la rentabilisation des procédures de réalisation des recettes publiques, ce qui implique une adaptation de l'arsenal juridique aux attentes, voire aux exigences, des administrés et usagers pour rendre l'Administration plus agréable et plus accueillante et avoir des rapports plus confiants. Cela implique également le développement du civisme fiscal du contribuable;

    * la rationalisation du traitement des dépenses publiques: à travers la recherche de l'efficacité en essayant d'alléger et de simplifier les contrôles; de valoriser la qualité de l'information financière et enfin de mieux répondre aux besoins exprimés par les ordonnateurs et surtout les créanciers de l'Etat et des autres collectivités publiques;

    * le développement de l'activité bancaire: en participant plus activement à la collecte de l'épargne en vue de doter l'Etat de moyens de financement supplémentaires et au moindre coût, en répondant favorablement au principe du "droit au compte". Cela implique nécessairement les modernisations de ce secteur appelé de plus en plus à se développer.

    La réalisation de tous ces objectifs nécessite l'adaptation des services du Trésor à l'évolution de leur environnement et aux nouvelles exigences du service public.

    2- L'adaptation aux nouvelles exigences du service public et son corollaire l'intérêt général.

    Les services du Trésor doivent veiller à répondre à l'attente existante et potentielle de l'administré ou de l'usager. Ils se doivent de s'enrichir, se différencier, se personnaliser en évitant une approche uniforme. Ce qui exige d'eux un service "sur mesure" adapté aux spécificités de chaque usager;

    * pour ce faire, ils doivent abandonner autant que possible l'orthodoxie "pure" et "aveugle" pour pouvoir exprimer les nouvelles préoccupations d'efficacité et les associer au mieux à la préoccupation de régularité. Ils devront mettre à profit les espaces de liberté que l'on rencontre dans chaque réglementation pour atténuer cette orthodoxie contraignante voire parfois paralysante;

    * s'adapter au découpage administratif, mais le rapprochement physique doit être accompagné de la déconcentration de la décision en vue d'une véritable responsabilisation des services déconcentrés;

    * les services du Trésor; héritiers de grandes traditions doivent chercher à évoluer avec leur environnement en conciliant la tradition et le progrès.

    ce progrès n'est possible que s'ils veillent à: introduire dans leurs procédures des méthodes modernes de gestion en généralisant l'outil informatique et en valorisant le capital humain à travers une formation continue et soutenue, car l'agent du Trésor doit désormais être un professionnel, le règne de l'ampleur éclairé étant révolu.

    Ils doivent enfin adopter une nouvelle dynamique de communication pour débarrasser leurs structures des rameaux morts et les remplacer par des greffons pleins de vie et de sève.

    Et l'intervenant de conclure que la pratique culturelle des services du Trésor qui a toujours privilégié la probité la responsabilité, la rigueur doit à présent s'enrichir par:

    - une ouverture plus grande sur l'environnement;

    - une évolution permanente des règles de droit;

    - une valorisation du capital humain;

    - et enfin la recherche d'une plus grande efficacité.

    par M. Lmimouni Mimoun, Directeur de la Centralisation Comptable et Financière (1), T.G.R. Maroc

    (1) Le présent texte est une synthèse de l'intervention de l'auteur au

    Vè Colloque International des Services du Trésor.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc