×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Les secrets de fabrication de Johnnie Walker

Par L'Economiste | Edition N°:1452 Le 05/02/2003 | Partager

. A l'invitation de l'importateur exclusif de la marque, un ambassadeur itinérant est en tournée au Maroc. Tom Smith: La seule règle pour boire le whisky, c'est qu'il n'y en a pas!. Le processus de fabrication de la boisson est très minutieux et obéit à des règles draconiennesLa légende de Johnnie Walker, célèbre marque de whisky écossais, est bien vivante au Maroc. Des 180 millions de litres qui se vendent chaque année dans le monde, une partie est consommée par de nombreux amateurs marocains. Mais le premier marché mondial du whisky de malt est la France, loin devant la Grande-Bretagne, la patrie de Johnnie Walker, et les Etats-Unis. Bourchanain, importateur exclusif de Johnnie Walker au Maroc, a eu l'inspiration de faire venir un Ecossais pur souche -Tom Smith- trente ans d'expérience au groupe qui fabrique Johnnie Walker pour animer les séances de dégustation. Bourchanain organise actuellement une grosse opération marketing de l'une des plus prestigieuses marques de son portefeuille. Après Casablanca avant-hier, c'est presqu'une mini-tournée de démonstration que va réaliser Johnnie Walker. Devant un auditoire curieux et très éveillé, le spécialiste dépêché par le fabricant de Johnnie Walker répondait à des questions qui fusaient de partout: Quelle est la meilleure manière de consommer le whisky? Quel est le meilleur mélange? Réponse du gourou écossais: la seule règle pour boire du whisky est qu'il n'en existe pas. Mais il déconseille vivement à son public de mélanger la boisson avec du soda «parce que cela altère le goût«.Combien de temps peut-on garder une bouteille de whisky après l'ouverture? Il n'y a aucune limite, tranche Tom Smith, mais il serait quand même bon de ne pas la garder trop longtemps car le trou d'air a forcément une incidence sur le goût du whisky. Mais aussi parce qu'il faut faire tourner les distilleries du groupe Diageo, leader mondial des spiritueux et producteur de la marque Johnnie Walker. Le groupe détient également plusieurs autres marques de spiritueux dans son portefeuille, dont Smirnoff, J & B, etc. En Ecosse, le groupe a aujourd'hui dans son stock près de 8 millions de fûts et possède 27 distilleries de malt et 3 de céréales.. Le même logo depuis 1919Tom Smith a par ailleurs longuement parlé du processus de fabrication du whisky. L'orge est trempé dans l'eau pendant cinq jours. Ensuite, il est séché quarante-huit heures avant que n'intervienne la fermentation. A la sortie, le produit est sous forme de bière à 8 degrés de concentration d'alcool. Puis vient la première distillation. Après cette étape, l'alcool passe à 23 degrés. Pas assez pour faire un whisky. La deuxième distillation fait passer l'alcool de 23 à 71°. Enfin, le liquide est gardé dans les fûts pendant trois ans et ce n'est qu'après qu'il peut porter le label whisky. La plus prestigieuse famille de la gamme de Johnnie Walker, le Black Label est un cocktail de quarante types de whisky. Puisque le groupe Diageo n'en possède qu'une trentaine, il complète sa gamme par des échanges croisés avec les concurrents. Un bel esprit de solidarité que Tom Smith, l'ambassadeur itinérant de la marque au Maroc, aimerait voir aussi dans la bagarre commerciale sur les marchés. L'histoire de la marque de whisky écossais est digne de ces success-story que l'on enseigne aux étudiants dans les écoles de commerce. Tout commence en 1820, lorsque Walker, âgé de 20 ans, propriétaire d'une petite épicerie, décide d'adapter des mélanges de thé au goût de ses clients. Il estima alors qu'il pouvait étendre le même concept au malt. A sa disparition, son héritier Alexandre, qui a appris le métier aux côtés de son père, reprend l'affaire familiale en main. Celui-ci avait des ambitions mondiales. Il crée une distillerie en 1867, Old Highlands, la première du groupe. Déjà à cette époque, Alexandre pense que c'est par le marketing qu'il fera la différence face aux concurrents. C'est lui qui eut l'idée de créer la bouteille de forme carrée et l'étiquette en biais, dont il enregistra le brevet d'invention à l'organisme de protection de la propriété intellectuelle.A son tour, Alexandre initia au métier ses deux héritiers, Alexandre II et George. Les deux frères se partagèrent la tâche. A Alexandre II, la production tandis que George devait s'occuper du marketing. En 1919, au lancement des deux marques le «Red Label» et le «Black Label», ils décident de créer un logo, le fameux personnage en mouvement, marchant à grandes enjambées. Ce logo n'a pas changé d'un iota depuis. Des quatre régions d'où provient le whisky, Highlands, située au nord de l'Ecosse, occupe largement le leadership. La région est connue pour son triangle d'or appelé Speyside. Autre lieu historique de production de wisky: Islay (prononcez aïla) bien connu des professionnels et des amateurs de la boisson écossaise. C'est de cette île que provient la crème des crèmes des whiskies et pour les connaisseurs, mélanger le whisky d'Islay est un sacrilège.


Petit glossaire pour amateurs

Caractère: Le style ou le caractère du blend est défini par des saveurs dominantes. Celles-ci sont tributaires des lieux d'où les ingrédients du whisky sont originaires.Jambes: Faites tourner votre whisky dans un verre clair et propre. Vous remarquerez qu'il demeure sur les parois quand vous reposerez votre verre sur la table. Les rayures qui en résultent sont les «jambes« du whisky. Lesquelles dépendent de la teneur en alcool et de la viscosité naturelle.Verre à nez: Afin de pleinement savourer l'arôme d'un whisky, l'équipe du blending utilise un verre à nez. Celui-ci possède une large coupe, une ouverture étroite et un petit couvercle pour contrôler l'ouverture. On peut en partie obtenir le même effet en utilisant un verre de vin. Abashi SHAMAMBA

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc