×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    Les Scoops du jour

    Par L'Economiste | Edition N°:431 Le 28/01/1999 | Partager

    · Nortel Networks s'implante
    L'ouverture à la concurrence de l'exploitation du GSM et le coup de fouet qu'elle donnera à la demande aiguisent des appétits. En attendant la désignation de l'adjudicataire, les fabricants des combinés GSM affûtent leurs armes. C'est dans ce cadre qu'il faut inscrire l'implantation à Casablanca du numéro trois mondial de réseaux sans fil et de téléphone mobile, le groupe canadien Nortel Networks. La nouvelle sera officialisée le 4 février.

    · La parole de Vivendi à la CGEM
    La Compagnie Générale de Services et d'Applications de Télécommunications (CGSAT), filiale de téléphonie mobile du groupe français Vivendi, a conclu une déclaration d'intention de partenariat avec le patronat marocain dans l'hypothèse où elle remportait l'appel d'offres relatif à l'exploitation du deuxième réseau GSM.
    La démarche de la CGSAT est originale en ce qu'elle constitue la première formalisation de l'intention d'associer le tissu industriel des PME marocaines à la sous-traitance et à la fourniture de produits et services liés aux télécommunications. A noter que tous les autres prétendants au deuxième réseau GSM s'y sont engagés sans passer par une forme écrite.

    · Palais des Congrès/Accor: Alami passe à l'offensive...
    M. Abdelhadi Alami, propriétaire du complexe du Palais des Congrès et l'Hôtel Mansour Eddahbi donné récemment en gestion au groupe français Accor, lance la campagne de presse. Dans une conférence de presse tenue à Rabat, le président du Dounia-Hôtel, cité par la MAP, conteste l'opération sur le Palais des Congrès et reproche au CIH (Crédit Immobilier et Hôtelier) de n'avoir pas pris en compte l'offre de Stocks & Stocks. M. Alami en appelle à «une solution juste et équitable» de ce dossier. En attendant, il a intenté une action auprès de la Cour Suprême et selon les propres termes de son avocat, «il a failli faire un grand scandale» pour dénoncer «l'injustice» dont il s'estime être l'objet.

    · ... et Stocks & Stocks se démarque
    Le groupe sud-africain, candidat malheureux à la reprise du Palais des Congrès, affirme dans un communiqué que son objectif au Maroc est d'investir et non de polémiquer. Son directeur général pour le Maroc, M. Paul Roche, se démarque de tout ce qui a été écrit depuis plusieurs semaines dans certains journaux (mais pas L'Economiste) au sujet du choix du CIH sur le complexe du Palais des Congrès. Il précise que ses propos ont été détournés et que Stocks & Stocks n'a jamais contesté cette transaction. Le groupe annonce la réalisation de son premier projet à Rabat, la construction d'un immeuble de 1.544 appartements à Rabat. Les travaux débuteront en mars.

    · Compensation: Réaction des opérateurs
    La décision du gouvernement portant sur la restitution de la subvention pour le sucre granulé utilisé destiné à la fabrication de certains produits industriels a fait l'objet d'une réunion à la CGEM. Visiblement, les opérateurs concernés par cette mesure envisagent une réaction groupée. La réaction des opérateurs s'articulerait autour de trois axes. Outre une consultation juridique pour mesurer le poids de cette décision, la CGEM compte lancer une étude d'impact des nouvelles mesures sur les entreprises et l'emploi. autre axe, la manière la plus appropriée pour la communication autour de cette question.

    · Assurance: 200 millions de DH débloqués
    Le Ministère de Finances débloque 200 millions de DH au profit des cinq sociétés en liquidation (Remar, Arabia, CADA, La Victoire et La Renaissance). La somme devrait en principe accélérer le remboursement des sinistres et soulager la trésorerie des compagnies d'assurances. Rappelons que ces sociétés s'étaient vu promettre, à deux reprises, le déblocage de 200 millions de DH (deux fois 200 millions de DH). La première fois par M. Mohammed Kabaj, alors ministre des Finances et la seconde, par M. Driss Jettou, lorsqu'il détenait le portefeuille Finances.

    Précision
    Fossecave dément comme ACECA la "rumeur" de son rachat par le Groupe ONA. Nous tenons à préciser à nos lecteurs que nous avions présenté l'information en tant que telle dans notre édition du 15 janvier.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc