×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

De bonnes sources

Les scoops de la semaine

Par L'Economiste | Edition N°:99 Le 14/10/1993 | Partager

Privatisation de la SNEP

Les services de la privatisation n'ont toujours pas confirmé la cession de la SNEP au groupe Chaâbi, intervenue le vendredi 8 octobre (CfL'Economiste du 7 octobre). Un communiqué de presse devait être diffusé immédiatement. Il ne l'a pas été. La cession se fait à 253 DH l'action soit 364 millions de DH. Le niveau de protection douanière sera maintenu en l'état, ce qui placera l'entreprise en situation privilégiée et devrait garantir la rentabilité. Ce point n'a pas fait l'unanimité, car il contrevient à la politique de libéralisation. En outre, à l'embarras des services de la privatisation, perceptible depuis la fin août, s'ajoute le fait que les négociations avec l'autre candidat n'ont pas été menées de manière approfondie.

Pluies: L'espoir renaît

Dans la nuit du 12 au 13 octobre, la pluviométrie à 6 heure du matin était la suivante : Safi (33mm), Essaouira (19mm), El Jadida (16mm), Tanger (12mm), Kénitra (7mm). Les villes du nord sont quotidiennement arrosées depuis quelques jours, soulignent les services de météo. Toutes les régions agricoles (Haouz, Tadla, Oriental, Gharb, Saïss, Doukkala...) seront touchées par d'importantes précipitations attendues d'ici vendredi. Les pluies ne sont cependant pas de nature à modifier l'état des réserves dans les barrages et donc du dispositif de restriction.

L'élevage mieux logé que les cultures

A la Direction de l'Elevage du Ministère de l'Agriculture, il est indiqué que "les dernières pluies ont davantage d'impact sur l'élevage que sur les cultures". En effet, dans les régions qui ont été arrosées, l'herbe devra pousser immédiatement. "Ces pluies précoces facilitent un démarrage rapide de l'herbe. Car, elles tombent à une période où il fait encore chaud", est-il expliqué. Il est ajouté que fin novembre-début décembre, ces pluies n'auraient pas un effet aussi immédiat, en raison notamment des vagues de froid qui handicapent la poussée de l'herbe. Dans les souks, les prix des animaux sur pied devront s'affermir. En effet, les dernières pluies ont concernées davantage les régions du Nord du Maroc, à partir de Kénitra-Sidi Allal Tazi jusqu'à Tanger. Dans ces régions, il est très possible que le prix des brebis augmente de 100DH dans les souks. En revanche, les plateaux traditionnels de l'élevage (Oujda, Moyen-Atlas, Rhamna..) n'ont pas été arrosés. En conséquence, soulignent les experts de la Direction de l'Elevage, les niveaux des prix se maintiennent.

Céréales: Un bon signe

Du côté de la Direction de la Production Végétale, il est indiqué auprès du Service des Céréales que les dernières pluies sont "un bon signe à la veille du démarrage de la campagne agricole" : ces précipitations facilitent la préparation des travaux du sol pour les grandes cultures (céréales, fourrages...).

Reprofilage à Bank Al Maghrib

Le statut de la Banque centrale sera retouché. Les grandes lignes en ont été discutées au niveau du Conseil des ministres. Le principe est d'aller vers une plus grande institutionnalisation de l'indépendance, vis-à-vis du gouvernement mais aussi vis-à-vis du Parlement. Rappelons que dans le cadre de la nouvelle loi bancaire, la définition de l'indépendance de Bank Al Maghrib n'avait pas été traitée directement.

Association des financiers non-bancaires

Des contacts sont pris en ce moment pour préparer l'association des établissements de crédits ne recevant pas de dépôts du public. La création de cette association est expressément prévue par le texte de la nouvelle loi bancaire et devra jouer le même rôle que le GPBM pour les banques.

Les établissements financiers non bancaires sont principalement les sociétés de crédits à la consommation et les sociétés de leasing. D'autres types d'établissements pourraient y être inclus, mais aucune précision n'a été donnée pour l'instant.

L'OCP en stand by pour Ercros

Un arrangement vient d'être conclu à Madrid pour le groupe chimique Ercros : pendant une année l'américain Freeport pour évaluer en direct les possibilités de redressement. En attendant, les contacts seront étroits entre l'OCP et Freeport, avec une première réunion le mercredi 13 octobre 1993 à Paris. Freeport, producteur obligé d'acide sulfurique, continue de vouloir une entente avec l'OCP, dans la filière de l'acide phosphorique, qui consomme précisément de l'acide sulfurique, font remarquer les observateurs. Ces derniers expliquent les retards apportés à l'élaboration d'une solution par la complexité du dossier qu'ont à gérer les autorités politiques espagnoles : cessation de paiement de Ercros, faillite de l'actionnaire de référence, Torras contrôlé par le KIO, impact social, désir de maintenir une filière chimique.

Grogne après la hausse des droits de douane

Après la dernière augmentation des droits de douane sur le lait, la viande et leurs dérivés (CfL'Economiste du 30 septembre 1993), les multinationales de l'agro-industrie "s'interrogent et protestent" contre ces mesures qui "risquent de compromettre leur plan d'investissement sur d'autres produits au Maroc". Compte tenu des stocks accumulés, les répercussions sur les prix ne devraient pas être immédiates, estiment-elles néanmoins. Elles s'interrogent "sur la volonté d'ouverture du pays", puisque ces mesures sont particulièrement protectionnistes, "alors que sur le plan local, la production n'est ni suffisante en quantité, ni adaptée en qualité".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc