×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    Les Scoops de la semaine

    Par L'Economiste | Edition N°:215 Le 01/02/1996 | Partager

    · Dette: Rebelote avec Madrid
    M. Al Barki, directeur au Trésor et Finances extérieures, a effectué un voyage en Espagne la semaine dernière pour étudier les possibilités d'aménagements de la dette publique marocaine. Ces aménagements pourraient se faire selon les méthodes envisagées avec la France (Cf L'Economiste du 18 janvier 1996). Rappelons que ces premiers aménagements doivent, selon l'engagement politique, d'une part budgéter des financements pour les provinces du Nord, et d'autre part financer des investissements, voire des privatisations. Pour l'instant, les modalités sont encore à préciser.

    · Promotion à Djibouti
    M. El Mehdi Herradi, qui était directeur d'exploitation puis "information technology manager" de Mobil Oil Maroc, vient d'être nommé directeur général de Mobil Oil Djibouti. C'est la première internationalisation d'un cadre marocain chez Mobil.

    · Baltimar demande une fermeture temporaire
    Baltimar, groupe Tazi, a demandé au gouverneur de la Province de Settat une autorisation de fermeture temporaire. L'entreprise avait mis ses ouvriers au chômage technique depuis trois semaines, parce que son principal client, Margafrique, se trouve sous scellés depuis quatre semaines. A ce jour, personne n'a eu connaissance précise des raisons de la mise sous scellés.

    · La SCIF toujours bloquée
    Après un mois et 10 réunions, la situation est toujours bloquée chez la SCIF entre les responsables et les syndicats. Le plan de restructuration stagne. Paralysée depuis novembre, la SCIF a vu "ses commandes annulées et même des demandes de réparation de préjudices ", souligne M. Sadek Arref, directeur général adjoint. Le dialogue avec la CDT est arrêté. Le niveau d'indemnisation a été fixé à 17,5 millions de DH pour 400 personnes, soit un mois de salaire par année d'ancienneté, plafonné à 12 ans.
    ·
    · Les SDB sur les Bons de privatisation
    Les niveaux de souscriptions mobilisées par les sociétés de bourse pour les Bons de privatisation ont été les suivants: CFI: 114,7 millions de DH, 5ème rang derrière la BMCE; Wafabourse: 53 millions, 8ème; Al Wassit: 51,1 millions, 10ème; MIT:19,6 millions,13ème; Somacovam: 17,7 millions, 14ème; Sogebourse: 5,8 millions, 15ème; Upline: 5,52 millions, 16ème; MSIN: 4,58 millions, 17ème (le classement inclut les souscriptions réalisées via les banques).

    ·· Bons et trésorerie bancaire
    Les lancements successifs de l'Emprunt national et des Bons de privatisation n'ont pas asséché la trésorerie des banques. La tension de courte durée relevée sur le marché interbancaire a été compensée par l'injonction de la paie des fonctionnaires et le remboursement d'emprunts nationaux antérieurs. La détente s'expliquerait aussi par le déficit de l'investissement.

    · Export: Forte baisse des pommes de terre
    Au 21 janvier 1996, les exportations de tomates ont, selon le bulletin de la SASMA, atteint 85.003 t contre 81.595 à la même date l'année dernière (+4%): 7.430 t de tomates d'automne, 11.468 de tomates d'hiver et 66.105 pour les tomates sous-abri. Concernant les pommes de terre, les exportations accusent toujours une baisse de l'ordre de 46,5% avec10.148 t au 21 janvier 1996 contre 18.900 à la même date l'année précédente.

    · Atlas Asni: Faire oublier le terrorisme

    Pour rajeunir leur image et faire oublier l'acte terroriste de 1993, la chaîne Atlas va changer l'identité visuelle de ses hôtels, celui d'Agadir et l'Atlas Asni de Marrakech. Il y aura une campagne de communication, à partir de février, pour donner une image plus dynamique de la chaîne.

    · Air Liberté: L'imbroglio
    Annoncée en grande pompe à Casablanca, l'arrivée de Air Liberté n'est toujours pas acquise. La date du 20 février ne sera peut-être pas tenue, tant il y a de zones d'ombre. La parité des capacités entre les pavillons français et marocain étant atteinte sur Casa-Paris, il faudra au préalable en redéfinir de nouvelles, ce qui n'est pas prévu d'ici deux mois. De plus, cela n'ira pas de soi, indique-t-on de toutes parts.

    · Taux d'intérêt: Pas d'arrêté
    La libéralisation des taux d'intérêt débiteurs entre en vigueur ce jeudi 1er février alors même que l'arrêté du ministre des Finances n'a pas été publié. "Cette publication n'est que formalité, la libéralisation des taux ayant été entérinée lors du CNME", est-il indiqué auprès du Ministère des Finances. Par ailleurs, l'arrêté sur les commissions de bourse est toujours en attente.

    · Benchekroun: Renvoi
    Après une audience rapide le 31 janvier, le dossier des frères Benchekroun, en détention depuis le 25 décembre et inculpés pour "importation de marchandises prohibées" et "transfert illégal de devises", a été encore renvoyé au 6 février. Les plaidoiries au fond n'ont toujours pas débuté. La demande de mise en liberté provisoire a été encore également refusée lors de cette audience.

    · RAM: Les promos payent
    Grâce aux tarifs promotionnels lancés en automne dernier, le trafic-passagers international de la compagnie a augmenté de 17%. Sur le réseau intérieur, la hausse a été encore plus importante: +20%. Sur sa ligne-vedette, Casa-Paris, l'augmentation a été de plus de 25%. Ces chiffres portent sur la période allant du 1er novembre 1995 au 21 janvier 1996.

    · Céramique, propane: Déblocages
    L'industrie de la céramique, qui s'inquiète de la hausse du prix du propane, a vu le MCIA débloquer l'autorisation de stockage à Jorf Lasfar, Mohammadia étant encombré et générant des surcoûts pour le propane importé.
    Par ailleurs, les producteurs locaux (SAMIR, SCP), qui alignaient leur prix sur les importations, n'y appliqueront pas le coût de ce "fret spéculatif" en février.



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc